Recherche sur le cancer : les projets de deux professeurs de Polytechnique lauréats du concours Onco-Tech

Recherche sur le cancer : les projets de deux professeurs de Polytechnique lauréats du concours Onco-Tech

Des projets en oncologie et en technologies médicales dirigés par les professeurs Samuel Kadoury et Michel Meunier ont reçu un soutien financier des partenaires d’un concours coordonné par le pôle universitaire-industriel québécois Oncopole.

En effet, dans le cadre d’Onco-Tech, un concours conjoint d’Oncopole, du consortium MEDTEQ, de l’Institut TransMedTech – issu d’une initiative pilotée par Polytechnique Montréal – et de la Société de recherche sur le cancer, en partenariat avec le Fonds de recherche Québec Santé, un financement totalisant 2,6 millions de dollars a été attribué récemment à cinq projets qui sont réalisés par des chercheuses et des chercheurs universitaires, en collaboration avec des partenaires industriels. Le financement octroyé à chacun des projets se situe entre 0,4 et 0,7 million de dollars, selon le niveau de maturité technologique (NMT) du projet. Parmi les cinq projets de recherche retenus, deux sont réalisés par des professeurs de Polytechnique Montréal.

Prévoir les traitements en radiothérapie avec l’Intelligence Artificielle

Samuel Kadoury, professeur agrégé au Département de génie informatique et génie logiciel et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en interventions assistées et en imagerie médicale, et le docteur David Roberge, chercheur instigateur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) et professeur agrégé de clinique au Département de radiologie, radio-oncologie et médecine nucléaire de l’Université de Montréal, ont reçu du financement pour un projet de développement d’une plateforme prédictive des traitements de radiothérapie grâce aux percées en intelligence artificielle.

Le projet a recours à l’apprentissage profond pour anticiper la réponse au traitement, fondée sur l’analyse d’images médicales et adaptable selon les cas, et servira à la planification numérique automatisée ainsi qu’au ciblage des tumeurs pour le traitement par radiothérapie en respiration libre des patientes et des patients atteints d’un cancer. Le projet réalisé par le professeur Kadoury a comme partenaire industriel l’entreprise suédoise Elekta.

Vers un meilleur diagnostic du cancer du poumon grâce aux nanoparticules métalliques

Michel Meunier, professeur titulaire et directeur par intérim du Département de génie physique, et Dominique Trudel, chercheuse au Centre de recherche du CRCHUM et professeure agrégée de clinique au Département de pathologie et biologie cellulaire de l’Université de Montréal, ont obtenu un appui pour un projet impliquant l’utilisation de nanoparticules métalliques afin d’effectuer un meilleur diagnostic quantitatif et multiplexé du cancer du poumon.

Le projet est fondé sur l’emploi de nanoparticules de différentes couleurs, qui ciblent des protéines de surface cellulaire, dans le but d’assurer un diagnostic plus précis et de permettre la sélection du traitement immunologique optimal pour une patiente ou un patient atteint d’un cancer du poumon. Le projet du professeur Meunier a comme partenaires industriels les entreprises ORS et Photon etc., du Québec, et l’entreprise Tribvn, de France.

Source : Polytechnique Montréal, polymtl.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *