DE LA LINGERIE CONNECTÉE AU SERVICE DE LA SANTÉ

Les Fonds de Recherche du Québec soutiennent un nouveau projet Québécois innovant de l’Université TÉLUQ portant sur des sous-vêtements connectés. L’objectif est de remédier à l’incontinence urinaire. 

Dans le cadre du programme “Audace des FRQ”, lInstitut LICEF de l’Université TÉLUQ vient d’obtenir une subvention de recherche de 100 000 $ pour la réalisation du projet « Des sous-vêtements connectés pour remédier à l’incontinence urinaire : vivre en dignité et en autonomie ».

La réponse à une problématique médicale 

L’incontinence urinaire touche près de 10 % de la population canadienne. Pour répondre à ce besoin, ce projet vise à mettre en commun diverses expertises afin de développer des sous-vêtements connectés qui préviennent ou détectent l’incontinence urinaire. Le progrès du design d’habillement, des sciences des matériaux et de l’Intelligence Artificielle seront au coeur de ce projet. 

8 chercheurs pour 1 projet innovant

L’équipe de recherche dédiée à ce projet est composée de Neila Mezghani, Belkacem Chikhaoui, Leila El Kamel et Évelyne Vallières, ainsi que Jacques de Guise (Centre de recherche du CHUM), Payam Lazemi (Vestechpro, affilié au Cégep Marie-Victorin), Chantale Dumoulin (Institut de gériatrie de Montréal), Marie-Pascale Pomey (Centre de recherche du CHUM) et Naeem Bhojani (Centre de recherche du CHUM).

« Nous saluons la confiance accordée par les Fonds de recherche du Québec qui appuie ce projet audacieux. L’expertise de cette équipe de chercheurs surprend et inspire, car elle regroupe à la fois des compétences médicales et artistiques, en ingénierie ainsi qu’en sciences humaines et sociales », a déclaré Lucie Laflamme, directrice générale de l’Université TÉLUQ.

De son côté, le directeur de l’Institut LICEF, Richard Hotte, mentionne « qu’il s’agit d’une excellente nouvelle pour ces chercheurs, pour l’Université TÉLUQ et, bien évidemment, pour l’Institut LICEF et sa relève. Cette nouvelle est tout à fait congruente avec une pratique de recherche intersectorielle affinée au cours des années, combinant des disciplines variées, des partenaires universitaires comme le Centre de recherche du CHUM et l’expertise professionnelle de partenaires privés tels que la Fondation CAA-Québec (F-CAA), Hexoskin et autres ».

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *