Dans les coulisses de l’application Canada COVID-19

L’application fédérale de lutte contre le coronavirus est utilisée aujourd’hui par 12 millions de Canadiens. En quelques questions, le système permet d’évaluer le risque d’être atteint de la COVID-19. Derrière cette application, on trouve l’entreprise Thrive Health, basée en Colombie Britannique. 

Canada COVID-19 est « l’enfant, ou plutôt la cousine, d’une autre application que l’on utilisait avant la COVID », explique David Helliwell, PDG et cofondateur de la compagnie.

L’HISTOIRE

Conçue initialement pour aider les patients devant subir une chirurgie, l’application d’origine, Thrive, est utilisée depuis 2017 par plusieurs hôpitaux à Vancouver et Victoria, et au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) notamment.

Si un patient a une chirurgie prévue, il est envoyé vers l’application par son chirurgien ou son anesthésiste pour répondre à plusieurs questions. À partir de là, les algorithmes de Thrive évaluent les risques à la fois physiques et psychologiques du patient. 

« C’est très pratique pour les patients et les familles. Le système vous dit où vous en êtes, comment vous préparer à l’opération et fait un suivi post-opératoire. Sur le degré de votre douleur après l’opération par exemple, comment se passe la récupération. Vous n’avez plus besoin de voir le médecin tous les jours ou tous les deux jours, on peut faire tout cela via l’application », explique David Helliwell.

LA NAISSANCE DE CANADA COVID-19

C’est au début de la pandémie que l’aventure a commencé pour Thrive, jusqu’à devenir Canada COVID-19.

« Nous avons eu une réunion avec le Ministre de la Santé en Colombie-Britannique début mars, lors de laquelle nous avons proposé d’utiliser notre application pour la COVID. La technologie était déjà là, opérationnelle, nous l’avons refait rapidement pour orienter les questions vers la COVID, et 10 jours plus tard, l’application était lancée en Colombie-Britannique »– David Helliwell

D’autres provinces et territoires du pays ont emboîté le pas, « on travaillait déjà avec Santé Canada pour Thrive, ils nous connaissaient et connaissaient la technologie, cela a donc été facile et rapide de l’adapter à la COVID », poursuit-il.

En l’espace de quelques jours, David Helliwell et ses équipes ont constaté une baisse de 50% du nombre d’appels à Info-Santé 811. « Nous avons conçu ce système pour réellement aider la population, pour l’informer. L’application questionne sur votre géolocalisation, vos symptômes etc., et cela vous donne des directions. Est-ce qu’il faut se faire tester, rester chez soi etc.».

QUELLES DIFFÉRENCES AVEC ALERTE COVID ? 

Les deux applications sont complètement différentes d’après David Helliwell. 

L’application Alerte Covid, développée par l’entreprise canadienne de commerce électronique Shopify, a également fait son apparition dans plusieurs provinces et territoires du pays, et elle est la seule qu’utilise officiellement le Québec depuis début octobre.

« Au début, Santé Canada a voulu mettre dans Canada COVID-19  tout ce qui se trouvait dans l’application Alerte Covid. Mais comme il y avait des données sensibles à transférer, ils ont choisi de laisser les deux applications séparées », précise le PDG.

Quand Alerte COVID utilise la fonction Bluetooth de nos téléphones, pour nous alerter en cas d’exposition prolongée à une personne testée positive au virus, sans nous dire où et quand, « nous, nous pouvons avoir les géolocalisations précises. Trois quarts de nos utilisateurs nous donnent la permission de savoir où ils sont lorsqu’ils répondent aux questions dans Canada COVID-19 », défend-t-il.

L’application permettrait ainsi, selon David Helliwell, de prédire avec cinq à dix jours d’avance, une croissance ou une décroissance de la courbe, ainsi que le nombre d’hospitalisations, grâce aux symptômes entrés par les utilisateurs.

ET LES DONNÉES ? 

Thrive Health avance que toutes les données récoltées sont destinées à Santé Canada. «Elles sont confidentielles et anonymes, gérées sur le cloud d’Amazon Web Services (AWS) du Canada, ce qui garantit que toutes les données restent dans le pays. Nous avons des informations sur les symptômes des gens, nous connaissons les détails de leurs téléphones, mais nous n’avons aucune information sur leur identité, leurs numéros de téléphone, leurs adresses courriel. Les gens ne nous disent pas qui ils sont ».

La compagnie prévoit d’utiliser Canada COVID-19 pour la vaccination dès le mois de janvier. « Les gens se posent beaucoup de questions, notamment pour savoir où ils se situent sur la liste des prioritaires. Et aussi, après vous être fait vacciner, quels sont vos symptômes, comment vous réagissez. Avec tous les différents vaccins, ça va être relativement compliqué de suivre tout ce qui se passe », conclue-t-il.

La technologie et les données pourront nous y aider. Reste à en fixer les paramètres et à en surveiller l’utilisation.

 

L’application Canada COVID-19 de Thrive Health

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *