Perdre du poids avec l’IA?

Avez-vous comme beaucoup d’entre nous l’intention de suivre un régime alimentaire en 2021 ? De plus en plus d’applications utilisent l’intelligence artificielle (IA) pour compter vos calories plus facilement et offrir des conseils nutritifs virtuels personnalisés. Mais est-ce une bonne option pour perdre du poids?

Jusqu’ici, la majorité des applications axées sur la nutrition demandaient le suivi d’un journal alimentaire de ce que nous mangeons quotidiennement avec des entrées manuelles et un lecteur de codes-barres. Parmi les plus populaires sur le marché, citons : MyFitnessPal, FatSecret, YAZIO, Lifesum, Lose It!, et Noom.

LA NOUVEAUTÉ TECHNOLOGIQUE

L’intelligence artificielle change toutefois la donne dans cette industrie en constante évolution. L’IA permet de reconnaitre plus rapidement les aliments à partir d’une simple photo de notre repas. Une aide visuelle vient aussi évaluer les quantités de chaque ingrédient (tasse à mesurer, balle de tennis, œuf…).

Image par SockSnap de Pixabay

En plus des calories, l’application peut compter jusqu’aux micronutriments contenus dans une portion de légumes comme les fibres, les vitamines et les minéraux!

On obtient ensuite des recommandations alimentaires « personnalisées » ou des suggestions de recettes grâce à l’analyse prédictive et au traitement du langage. 

EST-CE UNE BONNE IDÉE DE COMPTER SES CALORIES CHAQUE JOUR ?

Andréane Bernier, nutritionniste au CHUM, est catégorique. La réponse est non. L’obsession des chiffres et des calculs est probablement beaucoup plus néfaste que le bénéfice de constater ses apports alimentaires, selon elle.

« À mon avis, sans encadrement, c’est la meilleure façon de développer un trouble alimentaire. C’est de créer une obsession sur les nutriments au lieu des aliments. On devrait plutôt travailler sur nos signaux de faim, de satiété. Sur la qualité de ce qu’on met dans notre assiette et sur la variété plutôt que de calculer. » – Andréane Bernier, Dt.P.

La diététiste sait de quoi elle parle puisqu’elle collabore depuis un an avec l’entreprise québécoise Keenoa qui a développé une application IA réservée aux nutritionnistes membres de l’Ordre des diététistes du Québec.

Elle juge qu’actuellement, l’intelligence artificielle est bonne pour créer les grandes lignes et même plus, si on la nourrit assez, mais l’encadrement d’un professionnel est toujours requis.

C’est que, pour traiter l’obésité, il faut tenir compte d’un ensemble de facteurs : environnementaux, génétiques, psychologiques et sociaux… En plus des facteurs alimentaires.

On mange pour se faire du bien, on mange pour partager un moment avec des gens, on mange quand on a faim, quand on est fâché. L’IA derrière les conseils « personnalisés » tient-elle compte des facteurs psychologiques sous-jacents? On peut se permettre d’en douter.

Comme nous l’avons expliqué dans notre article portant sur les algorithmes de Netflix, ceux-ci fonctionnent souvent par mimétisme. Les recommandations ne sont pas vraiment adaptées à l’utilisateur qui rentre ses données. L’IA “conseille” en fonction de la communauté dans laquelle l’utilisateur a été classée. L’IA reconnait une soupe aux carottes en fonction des probabilités que ce le soit. Les erreurs sont réduites avec l’usage.

QUOI FAIRE ALORS POUR MIEUX CONTRÔLER SA FOURCHETTE?

Les deux nutritionnistes que nous avons interrogée s’entendent pour dire que réduire le fait de manger à un calcul de calories parait un peu simpliste comme approche. Ce n’est pas la meilleure option pour obtenir une perte de poids durable. Ce qui n’exclut pas que l’on doive prendre en charge notre alimentation.

« Manger, ça ne devrait jamais rimer avec calculer. On a des signaux de faim et de satiété qui nous permettent de savoir quand on a assez mangé. C’est un défi de se reconnecter avec ces signaux-là. On a souvent besoin de professionnels pour réussir à atteindre cela »  Marianne Lefebvre, Dt.P.M.Sc.

Pour Andréane Bernier, le seul point positif de tenir un journal alimentaire, c’est qu’en notant ce qu’on mange et en prenant des photos on constate un peu plus où sont nos excès et nos points à travailler.

La spécialiste en nutrition ne veut décourager personne à utiliser des applications intelligentes. Si, de façon prolongée, le comptage de calories n’est pas utile, les applications qui intègrent des recettes variées et des menus santé ou des exercices seraient moins mauvaises, selon elle.

« De toute façon, ajoute Mme Bernier, ceux qui réussissent à changer complètement leur alimentation (pour devenir Keto par exemple) n’arrivent pas à maintenir ces habitudes au-delà de trois mois. C’est trop restreignant et néfaste à long terme. Les études ont démontré que faire le yoyo (perte et gain de poids à répétition) entraine un gain de poids encore plus important. »

« Si vous avez résolu de perdre quelques kilos au retour des fêtes ou après notre confinement collectif, sans avoir recours à un professionnel, suivez plutôt pour les recommandations de base du Guide alimentaire canadien et téléchargez des applications de méditation comme Petit BamBou », conclut Andréane Bernier.

 


10 APPS ALIMENTÉES PAR L’IA POUR ÉQUILIBRER SON ALIMENTATION

Voici un survol des applications liées à l’alimentation et bien classées dans les “appstores” au moment d’écrire cet article :

  1. HealthifyMe compile les calories et les activités. Le forfait de base donne accès à Ria, une nutritionniste virtuelle, qui répond aux questions par messages textes ou audios.
  2. Le journal alimentaire FoodPrinttient aussi compte du sommeil et des médicaments. La plateforme mise sur la programmation neurolinguistique (PNL) et des modèles mathématiques d’optimisation et d’analyse prédictive pour aider à prendre de meilleures décisions nutritionnelles.
  3. FitGenie promet de fournir un plan nutritif hebdomadaire de haute qualité nutritive qui se base sur des outils d’analyse combinés à un compteur de calories.
  4. Calorie Mama possède le « Food AI API » entrainé pour identifier les aliments multiethniques.
  5. Bite AI utilise l’apprentissage automatique pour décomposer les informations nutritionnelles des ingrédients jusqu’aux micronutriments.
  6. Freeletics Nutrition associé à Freeletics Bodyweight promet un coaching nutrition 100% personnalisé sans calculateur de calories.
  7. Mon coach minceur inclut la prise de photo des repas dans l’abonnement premium ainsi qu’un bouton SOS pour contrôler les fringales et des suramplificateurs de motivation.
  8. Compteur de calories de Virtuagym offre différents programmes diététiques (faibles en glucides, forts en protéines, hypocaloriques, végétariens, etc.) et une série d’extensions (yoga, fitness, coach, bornes d’écran tactile).
  9. Foodavisor la startup française est disponible en version gratuite et premium à la fois sur Androïde et Apple. L’application de suivi alimentaire promet de fournir un bilan nutritionnel en quelques secondes.
  10. Calorie Counter – Asken Diet la startup californienne qui s’appuie sur l’IA pour prodiguer des conseils.

Toutefois, n’oubliez pas que la mise à jour de vos données nutritives, sportives ou médicales, peut alimenter  d’autres acteurs qui travaillent dans ces domaines pour bonifier leur offre de produits et de services… Et mieux vous cibler! Pour paraphraser #/The Social Dilemma, quand c’est gratuit, VOUS êtes le produit. De plus, nulle entreprise n’est à l’abri de l’hacking alors restez vigilants en ce qui à trait aux informations personnelles que vous divulguez.


Un commentaire
Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *