L’IA a la cote auprès des start-ups montréalaises

Le secteur des jeunes pousses, toujours aussi florissant à Montréal, accueille un nombre croissant d’entreprises proposant des produits et solutions en intelligence artificielle (IA). C’est du moins ce qu’indique la liste des derniers lauréats de la « Bourse+ » de Montréal inc..

Parmi les 36 « jeunes entreprises innovantes » qui ont remporté chacune 10 000$ pour l’édition 2020-2021 de la bourse, 14 d’entre-elles emploient de l’IA dans leurs opérations, un nouveau sommet.

« Cette année, il y a un constat clair : l’IA est de plus en plus présente. Ce ne sont plus seulement certains secteurs spécifiques qui sont touchés par cette technologie, comme la santé ou l’agroalimentaire. C’est vraiment devenu transversal », souligne Guillaume Lajoie, conseiller en relations publiques pour Montréal inc..

À L’AFFUT DES STARTUP DEPUIS 1996

Après 25 années d’activités, l’organisation originellement créée par l’ancien maire de Montréal, Pierre Bourque, s’efforce de rester à l’affut des « nouveaux secteurs émergeants », incluant celui de l’IA.

C’est pourquoi la fondation considère la liste des jeunes pousses sélectionnées pour sa bourse comme une « mini-version de l’écosystème startup montréalais ».

Avec la Bourse+ les jeunes pousses obtiennent des services personnalisés, notamment de l’accompagnement de coachs-bénévoles et un accès direct à la communauté d’affaires, en plus de l’argent qui leur est remis.

D’ailleurs, les lauréats peuvent toucher un second financement de 10 000 $ s’ils parviennent « à mener à bien leurs objectifs d’affaires au cours des prochains mois », selon M. Lajoie.

Par ailleurs, si on note une forte présence de l’IA dans les jeunes entreprises sélectionnées, le domaine de la santé est lui aussi populaire. En effet, pandémie oblige, 25% des projets choisis oeuvrent dans le secteur des sciences de la vie.

QUELQUES EXEMPLES DE LAURÉATS

PLAKK : Cette entreprise propose une « plate-forme de diagnostic des plaques athéroscléreuses assisté par ordinateur, pour les applications cliniques et de recherche, qui utilise des algorithmes d’apprentissage automatique », explique, Kashif Khan, son président directeur général et cofondateur.

L’objectif est de fournir une une approche accessible, rentable et rapide pour caractériser la morphologie et la composition des plaques athéroscléreuse à partir d’images échographiques.

Grâce à l’analyse de ces images on souhaite pouvoir établir un score précis du risque de crise cardiaque et d’AVC en tenant compte des caractéristiques cliniques des patients.

Le projet vise ainsi à « améliorer les processus de prise de décision clinique et les résultats cliniques des patients en réalisant une détection précoce et un traitement amélioré de la maladie athéroscléreuse » et par la même occasion à réduire le fardeau économique que l’athérosclérose impose à notre système de soins de santé.

 

SquareFeet.ai : Réinventer la façon dont les promoteurs et les courtiers immobiliers travaillent au lancement d’un nouveau projet de condo ou de location tout en garantissant les revenus les plus élevés , c’est ce que compte accomplir l’équipe derrière cette compagnie.

« Pour livrer son produit, l’entreprise a analysé des millions d’annonces et créé des modèles d’apprentissage automatique pour permettre une meilleure compréhension du marché immobilier, la prévision des prix et l’optimisation de la vitesse des ventes » – Jordan Owen, cofondateur.

Ce dernier veut ainsi offrir une nouvelle façon de surveiller la manière dont les projets résidentiels sont vendus et loués en fournissant trois services en un seul produit : une étude de marché automatisée, la génération de listes initiales de prix sur mesure et l’optimisation des revenus en temps réel.

 

Rithmik Solutions : Cette entreprise veut optimiser la maintenance, réduire les émissions de gaz à effet de serre et prolonger la durée de vie des équipements dans les exploitations minières.

« Notre analyseur de santé des actifs applique l’apprentissage automatique aux données des capteurs d’équipement préexistants et à toute information contextuelle disponible », affirme Amanda Truscott, sa présidente directrice générale et co-fondatrice.

L’analyseur prend en compte la variabilité des environnements miniers, utilisant l’IA pour fournir des informations sur la santé des équipements qui vont « au-delà de ce dont les humains sont capables ».

La PDG affirme que sa technologie a déjà permis à un exploitant de trouver des indicateur indirects de pannes dans un sous système de camions de transport, qui précédemment lui coûtaient 1,4 million de dollars par an. Une démonstration pour le moins convaincante!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *