ADAPTER SA START-UP FACE À LA COVID

Aquantix est une compagnie qui calcule les risques financiers pour les investisseurs. Quand l’épidémie de la COVID-19 a commencé, elle a décidé de calculer votre risque de contracter ce coronavirus. Un exemple de start-up qui a su adapter son modèle pour répondre à cette crise.

Si certaines start-ups ont vu leur modèle s’effondrer ou leur marché disparaitre à cause de la pandémie de la COVID-19, d’autres ont su rebondir en adaptant leur offre. C’est notamment le cas de jeunes pousses en Intelligence Artificielle qui ont une technologie qui peut s’adapter facilement à des sujets de recherches variés.

Aquantix AI en est un bon exemple. C’est une plateforme de gestion de portefeuille qui permet de suivre et d’analyser en temps réel les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance pour les actifs et investissements mondiaux. Cette jeune pousse montréalaise promet à ses clients de faire des investissements en minimisant les risques extérieurs. Pour cela, la compagnie utilise une intelligence artificielle qui analyse des données satellites et géographiques.

 

Adaptation et agilité

Contre toute attente, de l’analyse de risques financiers aux risques sanitaires, il n’y avait qu’un pas. « On travaille beaucoup sur les risques de la gestion des eaux, de changements climatiques, liés à l’environnement. En fait, ce sont les mêmes méthodes de calculs que les risques liés au comportement humain. » explique Steven Fortier, l’un des CEO d’Aquantix AI.

La start-up a développé une plateforme qui permet à ses utilisateurs de connaitre leur exposition au coronavirus et de contracter le virus. « On utilise une analyse d’image pour prévoir les mouvements du coronavirus en se basant par exemple sur les flux des avions dans le monde. On est capable de faire des prédictions assez impressionnantes. Par exemple, on a su prévoir assez précisément le nombre de personnes susceptibles d’être infectées dans le quartier de Côte-de-Neiges à Montréal. » ajoute Steven Fortier.

Sur le site du projet l’utilisateur a une vision de la propagation du virus, dans le monde mais aussi son quartier. S’il le veut, il peut avoir une estimation de ses risques face à la COVID-19 en indiquant des données telles que son âge ou ses récents déplacements. Le CEO d’Aquantix assure que la plateforme ne mémorise pas les données des utilisateurs.

Cela a été un sacré défi technique et financier pour la start-up qui a monté ce projet à huit en seulement trois semaines. Cependant, l’expérience a été très formatrice pour l’entreprise : « Ça nous a appris beaucoup de choses qui vont nous servir à améliorer nos autres applications » ajoute Steven Fortier.

Aquantix, une exception ou la règle?

Martin Lessard est le directeur général de MTLab, un incubateur de start-ups, et selon lui, elles ont eu des réactions différentes face à cette crise: « En gros, les start-ups ont réagi de trois façons à cette crise. Une partie a mis la clef sous la porte ou ont revendu leurs entreprises à moindre coût. Une autre partie, surtout celles qui sont encore en phase de recherche et qui sont déjà financées, ont continué comme si de rien n’était. Enfin, la dernière catégorie, qui concerne surtout les jeunes pousses de la TECH, a en profité pour changer son modèle. Certaines start-ups font un tour à 180° et revoient entièrement leur plan d’affaire. D’autres en profitent pour s’ouvrir à de nouveau marché. »

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *