INNOVER EN SANTÉ POUR SOUTENIR LA RELANCE

INNOVER EN SANTÉ POUR SOUTENIR LA RELANCE

La pandémie a provoqué un boom des soins de santé virtuelle et de la télémédecine. François Gratton VP à la direction, président de groupe TELUS et chef de la direction TELUS Santé et TELUS Québec participait à une causerie virtuelle organisée ce mardi par la CCMM pour faire le point sur les leçons à tirer de la crise en matière de santé et donner quelques pistes de réflexions sur cette nouvelle tendance qui s’amplifie.

TELUS Santé est un des chefs de file de services de technologies pour la santé. Au cours des 10 dernières années, l’entreprise a investi plus de 3 milliards de dollars pour transformer le secteur au Canada. Dès le début de la crise sanitaire, l’entreprise a pris un engagement clair : tout faire pour faciliter l’accès aux soins de santé, contribuer à protéger et soutenir les organisations dans la poursuite de leurs activités. 

40% des entreprises ont affirmé avoir accéléré le virage numérique et adapté leurs équipements. C’est aussi le cas dans le domaine de la santé, notamment sur les soins à distance. 

« La crise de la COVID-19 a provoqué du jour au lendemain d’importants changements dans nos vies, et de façon plus importante une plus grande conscientisation sur la santé et le mieux-être dans notre société. Plus que jamais l’accès aux soins de santé est l’affaire de tous. Je crois fermement qu’il y a de formidables occasions à saisir alors que nous sommes en train d’écrire une nouvelle page de notre histoire », a souligné François Gratton. 

Accélérer l’innovation pour la relance 

La relance économique passe également par la virtualisation des outils pour les professionnels de la santé, de la consultation médicale jusqu’au suivi à la maison. 

Les soins virtuels représentent une occasion à saisir pour les entreprises alors que la santé et la sécurité de leurs employés est plus que jamais au centre de leur préoccupation. C’est aussi une occasion de réduire l’absentéisme au travail, stimuler la productivité, offrir un meilleur soutien en santé mentale et accroître la rétention de leurs talents qui désirent de la flexibilité pour concilier travail et famille.

« Aujourd’hui, tous les employeurs sont appelés, par le biais des décisions qu’ils prennent sur leurs offres d’avantages sociaux pour leurs employés, à considérer l’offre de solutions de soins virtuels des solutions telles qu’Akira et Babylon, reliant les Canadiens et leurs familles aux professionnels de la santé par le biais de leurs téléphones – leur donnant la possibilité d’engager des consultations à tout moment, n’importe où», a ajouté M. Gratton. « 5 millions de Canadiens n’avaient pas de médecin de famille avant la crise. Le problème a été aggravé durant la crise. Notre application Babylon a du coup été 10 fois plus téléchargée pendant la crise qu’avant cette dernière. » a-t-il poursuivi.

850 millions de dollars dans la grande région de Montréal 

Au cours des quatre prochaines années, la firme a l’intention d’investir plus de 850 millions de dollars dans la grande région de Montréal, pour accélérer la mise en place de ces solutions technologiques.

Ces investissements : la robustesse, la vitesse et la fiabilité des réseaux alors que la virtualisation des activités des entreprises, des hôpitaux et des cliniques s’accélèrent à un rythme exponentiel. Il sera aussi question de poursuivre le développement des solutions virtuelles, et soutenir les efforts dans la communauté comme en fait foi le partenariat avec la Fondation du CHUM pour augmenter la capacité de dépistage à Montréal ou encore le fond d’urgence que le Comité d’investissement communautaire a mis sur pied pour soutenir les besoins essentiels d’une douzaine d’organisations caritatives comme la Fondation du CHU Ste-Justine, Tel-Jeunes ou encore La Tablée des chefs. 

La société candienne de télécommunications a par ailleurs annoncé avoir choisi le Suédois Ericsson et le Finlandais Nokia pour construire son réseau 5G qui soutiendra la croissance économique, tout en stimulant la virtualisation de la santé, de l’éducation et du télétravail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *