LE QUÉBEC ET LA FRANCE, MAIN DANS LA MAIN

LE QUÉBEC ET LA FRANCE, MAIN DANS LA MAIN

Première mission virtuelle de Madame la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Nadine Girault à Paris. 

Dans le cadre d’une première mission virtuelle à Paris, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Madame Nadine Girault, et le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique, Monsieur Cédric O, se sont entretenus pour faire le point sur les travaux engagés par le Québec et la France dans le domaine numérique et plus particulièrement en intelligence artificielle.

Une fructueuse collaboration internationale

Madame la Ministre et Monsieur le Secrétaire d’État ont discuté de la mise en opération du Centre d’expertise international de Montréal en intelligence artificielle (CEIMIA), dont nous parlions ici, l’un des deux centres d’expertise, avec celui de Paris, du Partenariat mondial sur l’intelligence artificielle (PMIA) dont le secrétariat est assuré par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Ils ont réitéré leur volonté de contribuer “avec les partenaires fondateurs du PMIA, au développement responsable et à l’utilisation centrée sur l’humain de l’intelligence artificielle, dans le respect des droits de l’Homme, des libertés fondamentales et de leurs valeurs démocratiques communes.” Ils ont également salué l’organisation, par le CEIMIA, de la première rencontre internationale du groupe d’experts multipartite du PMIA qui se tiendra à Montréal en décembre 2020. 

Une entente universitaire tripartite

À l’issue de l’entretien, les ministres ont souligné l’entente d’une durée de trois ans entre l’Observatoire sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle (OBVIA) de l’Université de Laval, l’École normale supérieure (ENS) et la Fondation Abeona, permettant d’inviter un professeur membre de l’OBVIA à animer la Chaire de recherche invitée Abeona-ENS-OBVIA en intelligence artificielle et justice sociale, sous le prisme de l’équité, de la diversité et de l’inclusion.

L’objectif est de développer pendant un an des travaux sur l’intelligence artificielle et la justice sociale, mais aussi d’interagir avec les chercheurs des écosystèmes parisien et québécois dans les secteurs de l’intelligence artificielle, des sciences humaines et sociales et de la santé.

One Comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *