ÉTHIQUE DE L'IA: L'UNESCO S'ALLIE À MILA POUR SA CONSULTATION MONDIALE

ÉTHIQUE DE L'IA: L'UNESCO S'ALLIE À MILA POUR SA CONSULTATION MONDIALE

L’Institut québécois d’intelligence artificielle vient d’obtenir une enveloppe de 65 000 $ de la part du gouvernement du Québec. Cette nouvelle subvention a pour objectif de soutenir la prise en charge du volet délibératif de la consultation mondiale en ligne sur l’éthique de l’IA. Lancée par l’UNESCO, cette consultation inédite débute dès ce mois-ci.

L’UNESCO s’est engagée dans un processus de deux ans pour élaborer le premier instrument normatif mondial sur l’éthique de l’intelligence artificielle, suite à la décision de sa Conférence générale lors de sa 40ème session en novembre 2019.

Cette recommandation, qui est appelée à devenir le tout premier instrument normatif sur l’IA à voir le jour au sein du système des Nations Unies et dans le monde, constituera un moyen de renforcer l’élaboration et la mise en œuvre de législations, de politiques et de stratégies nationales et internationales dans le domaine de l’IA.

Un processus en trois volets 

L’UNESCO mènera ainsi au cours des prochains mois, dans le contexte de la pandémie, une consultation entièrement en ligne sur le projet de texte de recommandation rédigé par un groupe d’experts ad hoc nommé par l’Organisation.  Cette consultation vise à établir, à l’échelle mondiale, un dialogue avec des représentants de la société civile de divers horizons afin de définir une gouvernance inclusive de l’IA. 

Elle se fera en trois parties. Un sondage en ligne, des consultations régionales et nationales, et des ateliers de délibération sur les cinq continents, menés eux par Mila et Algora Lab avec le soutien du Québec.

60 ateliers participatifs dans 25 pays

Mila et son partenaire Algora Lab, un laboratoire d’éthique rattaché à l’Université de Montréal, prennent en effet en charge le processus délibératif de la consultation.  Ils mèneront à cet effet une soixantaine d’ateliers en ligne, dans 25 pays, grâce notamment à un réseau d’ambassadeurs locaux spécialement formés. 

Au cours de ce processus participatif, ce sont plus de 500 citoyennes et citoyens qui seront appelés, en face à face, à commenter et à livrer leur point de vue sur de futures normes internationales en matière d’éthique de l’IA.

« Je me réjouis que l’expertise de Mila et d’Algora Lab ait été retenue par l’UNESCO pour mener à bien, dans le contexte actuel de la COVID-19, cette consultation essentielle à la définition de normes internationales en matière d’éthique de l’intelligence artificielle. Ce choix témoigne à nouveau du statut de Montréal comme pôle majeur de l’IA sur les plans de l’éthique et de la gouvernance, de même que de l’excellence des chercheurs et des organisations qui composent l’écosystème québécois en lA. De plus, par ce soutien, le gouvernement du Québec s’associe aux travaux portant sur le tout premier instrument normatif mondial en IA et ouvre une nouvelle avenue de collaboration prometteuse avec l’UNESCO, un partenaire naturel » déclare Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

Mila et Algora Lab mettront également leur expertise à profit dans le renforcement des capacités et des connaissances en IA de l’ensemble des participants à la consultation mondiale de l’UNESCO, en plus de préparer le rapport qui doit être remis à la fin août 2020 au groupe d’experts mandaté par l’UNESCO.

Le sondage public en ligne, lui est ouvert jusqu’au 31 juillet 2020. Et vous pouvez y participer ici.

Cette consultation mondiale sera soumise à l’approbation des 193 États membres de l’Organisation en 2021. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *