MONTRÉAL ACCUEILLE UN NOUVEL ACTEUR EN IA

MONTRÉAL ACCUEILLE UN NOUVEL ACTEUR EN IA

Le Centre d’expertise international de Montréal pour l’avancement de l’intelligence artificielle (CEIMIA), est officiellement lancé. Jacques Rajotte est nommé Directeur général intérimaire de cette nouvelle organisation basée au Québec. L’OSBL entend faire rayonner encore plus la ville à l’international.

Mis sur pied dans le cadre du Partenariat mondial sur l’intelligence artificielle (PMIA), le CEIMIA, qui a reçu 15 millions de dollars du fédéral et du provincial a pour mission de promouvoir l’intelligence artificielle au Québec et à travers le monde. 

Gouvernance des données et utilisation responsable de l’IA

« Le mandat du CEIMIA s’inscrit à l’intérieur de celui du PMIA. 15 pays membres ont confirmé leur participation dont les membres du G7. C’est un forum de travail multi-sectoriel, dans lequel il y aura à la fois des experts de la société civile, de l’industrie, et de la communauté scientifique. À Montréal, le CEIMIA sera composé de deux groupes d’experts, l’un qui travaillera sur la gouvernance des données et l’autre sur l’utilisation responsable de l’intelligence artificielle. On veut vraiment être le pont entre la recherche et la pratique», nous explique Jacques Rajotte, le Directeur général intérimaire.

Fort d’une carrière de près de 40 ans comme avocat et cadre supérieur, cet ex-directeur principal des programmes internationaux de Cuso International et ex-chef des opérations de la Fondation One Drop, fondée par Guy Laliberté, est un habitué des mandats de coopération à l’échelle mondiale, il sera donc le premier à piloter l’organisme.

« J’ai plusieurs années d’expérience en gestion d’OSBL et j’ai une longue expérience en coopération internationale dans le domaine des partenariats entre la société civile, les entreprises privées et les gouvernements. Avec la révolution de l’IA, qui évolue à toute vitesse, il est essentiel d’assurer un développement responsable de cette nouvelle technologie, à portée de tous, incluant les populations dans les pays émergents et en voie de développement» poursuit le Directeur général intérimaire.

Le CEIMIA aura également pour mission d’analyser les mesures qui visent à renforcer la capacité nationale à commercialiser et à adopter les technologies liées à l’IA. « Nous allons investir dans des projets qui ont été identifiés par nos groupes d’experts. Et notre objectif, c’est vraiment d’être transparents quant à l’utilisation des fonds publics. Nous avons des comptes à rendre aux gouvernements ». Le numéro 1 de ce nouveau Centre d’expertise mise avant tout sur la transparence pour développer l’IA. 

Montréal International pilote la mise sur pied de ce centre depuis 2018. Le gouvernement du Québec a débloqué 5 millions de dollars pour la création de l’organisation à Montréal. Le gouvernement du Canada, lui, a investi près de 10 millions de dollars dans le projet.

La première réunion des membres du conseil d’administration du CEIMIA, devrait se tenir dès le 13 juillet. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *