MEDICAGO DÉBUTE SES ESSAIS CLINIQUES

MEDICAGO DÉBUTE SES ESSAIS CLINIQUES

Début des essais cliniques sur des humains pour Medicago. L’entreprise biopharmaceutique québécoise a entamé hier les premiers tests de la phase 1. Les premières doses de son candidat-vaccin ont été administrées à des volontaires en santé.

C’était une journée importante pour la firme de la Capitale-Nationale. Après plusieurs semaines de travail intensif, la compagnie est la première au Québec à atteindre l’essai de phase 1.

« Nous sommes ravis de voir notre candidat-vaccin contre la COVID-19 passer à l’étape de l’essai clinique de phase 1, et nous avons hâte d’obtenir les résultats sur son innocuité et son immunogénicité d’ici le mois d’octobre », a déclaré Nathalie Landry, Vice-présidente exécutive, Affaires scientifiques et médicales à Medicago. 

« Nos progrès continuent de démontrer la valeur de cette technologie unique développée par Medicago, qui permet de produire des vaccins sur plantes » a-t-elle ajouté. 

180 volontaires

L’essai clinique de phase 1 est une étude randomisée, en simple aveugle, portant sur 180 sujets en santé, hommes et femmes âgés de 18 à 55 ans, qui évaluera des doses de 3,75, 7,5 ou 15 microgrammes du candidat vaccin à particules pseudo-virales de Coronavirus (PPVCo) seul ou avec un adjuvant dans un programme de vaccination impliquant une première dose et un rappel. 

L’objectif de cette première phase, pilotée par l’entreprise Syneos Health, vise à déterminer si le vaccin est sécuritaire pour l’humain, tout en récoltant des résultats préliminaires sur l’efficacité de la réponse immunitaire qu’il produit.

Medicago évaluera son candidat-vaccin avec deux adjuvants séparément – la technologie brevetée d’adjuvant pandémique de GSK et l’adjuvant CpG 1018™ de Dynavax.

Un adjuvant peut être particulièrement important en cas de pandémie, car il peut amplifier la réponse immunitaire et réduire la quantité d’antigène nécessaire par dose de vaccin, ce qui permet de produire plus de doses et contribue donc à protéger un plus grand nombre de personnes.

Flacon d’un vaccin candidat. (Groupe CNW/Medicago)

La technologie innovante de production sur plantes de Medicago aide également à diversifier l’offre de vaccins contre la COVID-19 en cours de développement. 

« L’approvisionnement suffisant en vaccins contre la COVID-19 au cours de la prochaine année est un enjeu qui nécessitera plusieurs approches, tirant profit de différentes technologies » a déclaré Bruce Clark, Ph. D, Président et Chef de la direction de Medicago. « Notre technologie éprouvée de production de vaccins sur plantes est capable de contribuer à trouver une solution collective à cette urgence de santé publique », poursuit-il.

Les phases 2 et 3 pourraient se tenir à partir d’octobre .

À terme, Medicago envisage d’être en mesure de produire 100 millions de doses d’ici la fin 2021.

Une plateforme unique de production sur plantes

L’entreprise utilise une technologie de production sur plantes exclusive pour développer des vaccins et des protéines thérapeutiques. Contrairement au développement de vaccins traditionnels, Medicago n’utilise pas de produits animaux ou de virus vivants pour créer ses produits. L’entreprise utilise plutôt des particules pseudo-virales (PPV) qui imitent la forme et les dimensions d’un virus, ce qui permet à l’organisme de les reconnaître et d’induire une réponse immunitaire de manière non-infectieuse. Les données des essais cliniques suggèrent que les PPV ont un mécanisme d’action multimodal qui est différent de celui des vaccins à virus inactivé, sollicitant les deux bras du système immunitaire – une réponse immunitaire avec anticorps et à médiation cellulaire. 

La technologie de Medicago est rapide, polyvalente et modulable. Dès que la séquence génétique d’un virus est mise à sa disposition, Medicago peut mettre au point un candidat-vaccin de qualité clinique en seulement quelques semaines. Sa technologie recombinante permet la production d’un vaccin qui correspond précisément aux souches en circulation, comme dans le cas de la grippe saisonnière. La technologie est facilement modulable, ce qui permet à l’entreprise d’augmenter le volume de production en multipliant simplement le nombre de plantes qu’elle utilise. 

Crédit Photos : Medicago

One Comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *