UEAT et le CRIM créent un nouvel outil de recommandation de plats

En collaboration avec le CRIM, l’entreprise UEAT, a développé une solution de recommandations de plats basée sur l’intelligence artificielle. Ce projet est appuyé par le Ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec dans le cadre du Programme Passeport Innovation.

UEAT est une compagnie technologique québécoise de commande en ligne, proposant des outils numériques pour simplifier la vie des restaurateurs. Elle a fait équipe avec le CRIM pendant près d’un an et demi pour fabriquer un nouveau dispositif qui fait intervenir l’IA. 

Un système de recommandation contextualisé

Il s’agit d’un modèle de recommandations qui intervient non seulement en fonction des goûts des usagers et de la popularité des plats, mais aussi, selon le contexte de la commande. Ainsi, les recommandations sont faites également en fonction de l’heure de la journée, la météo, les fêtes, les événements, la géolocalisation du restaurant…

« Au niveau du client, ça permet d’avoir un menu plus ciblé. Pour le restaurateur, s’il offre une expérience qui se démarque des autres, comme notre système de recommandations par exemple, cela permet d’avoir des clients qui reviennent, mais aussi qui achètent davantage », explique René-Pier Plourde, responsable des communications chez UEAT.

L’IA dans le système pensé par UEAT est utilisée pour faire des corrélations entre ces différentes données. « Avec l’intelligence artificielle choisie, nous avons la possibilité de prendre en compte le contexte de la transaction, et non seulement l’historique d’un usager. Le CRIM a fait une recherche de la littérature et a choisi une méthode qui permet d’ajouter le contexte par-dessus celle des systèmes de recommandations habituelles », explique Michel Savard, scientifique des données senior au CRIM. Les algorithmes permettent donc de parvenir à un produit qui s’adapte aux réalités et besoins de tous les restaurateurs, peu importe leur type de cuisine, leur géographie, leurs menus, etc. 

L’objectif du CRIM étant le transfert de connaissances, les scientifiques des données ont choisi un modèle modulaire permettant à UEAT d’avoir un produit adapté et adaptable. « La compréhension de ce qui se passe dans le modèle a permis à UEAT d’imaginer d’autres endroits dans leur compagnie où ils pourraient se servir de cette technologie ou de ces méthodes », explique Michel Savard. Pour le data scientist, l’expertise du CRIM est une sorte de pollinisation : elle aide les entreprises à évoluer de manière indépendante par la suite. « Le CRIM nous a fait faire un bond de trois ans, parce qu’on a pu calquer sa méthodologie », affirme René-Pier Plourde d’UEAT.

En 2020-2021, l’entreprise poursuivra son développement avec la mise en place d’un nouveau projet, différent de ce système de recommandations contextualisé. Ce nouveau projet fera sans doute encore l’objet d’une collaboration avec le CRIM, dans la mesure où la première collaboration a comblé les espérances de chacun. « Même mode de fonctionnement, même type de mandat, mais nous allons nous concentrer sur des objectifs de rétention des clients et de ciblage d’offres promotionnelles », confie Michel Savard. Encore une fois, l’enjeu est commun à de nombreux entrepreneurs. Le nouveau projet d’UEAT devrait donc avoir une application aussi large que le premier.

Source : Le lien multimédia / CRIM

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *