Une IA va traverser l’Atlantique en solitaire

Après les voitures autonomes, les flottes navales ouvriront-elles la voie à des modèles autonomes de transport et à des chaînes d’approvisionnement plus sécuritaires et durables?

Le premier périple du bateau électrique autonome britannique, le Mayflower, se fera d’ici quelques jours. Si tout se passe comme prévu, le trimaran de 15 mètres de long – mis à l’eau pour la première fois en septembre 2020 – traversera l’Atlantique, sans équipage ni capitaine, pour se rendre en Amérique.

Mayflower 1620

Le trajet se fera de Plymouth, en Angleterre, à Plymouth, aux États-Unis. À la mémoire du Mayflower de 1620 qui avait emmené en sol américain des puritains anglais fuyant la persécution.

Pour réussir cet exploit, l’organisme ProMare voué à la préservation marine, des ingénieurs français d’IBM et un consortium de partenaires ont conçu la technologie du Capitaine IA.

Entièrement piloté par une intelligence artificielle, le navire pourra s’orienter à l’aide de six caméras et 30 capteurs qui cartographient son environnement chaque seconde. Il est conçu pour éviter les obstacles en mer, tels que d’autres bateaux, des conteneurs perdus ou des baleines.

Le Mayflower sera propulsé par des moteurs électriques hybrides grâce à ses panneaux solaires et à ses trois mâts, ainsi qu’un petit moteur diesel de secours.

CONTRE VENTS ET MARÉES

Le plan du trajet sera déterminé à partir des prévisions météo qui lui seront transmises en provenance d’avions et de satellites. Les concepteurs se croisent les doigts pour que la mer lui soit clémente parce qu’il s’agit, selon eux, du plus grand défi à relever dans l’aventure!

En naviguant sur les eaux, le bateau britannique enregistrera des informations sur les changements climatiques, la pollution de l’eau et les mammifères marins.

« Nous avons collecté les données sur le chant des baleines à bosse dans les eaux de Maui et des autres océans. Nous l’avons entrainé dans l’infonuage. Ce modèle sera à bord du Mayflower pour nous aider à comprendre le langage des baleines » – Grady Booch, chef de la recherche scientifique, Génie logiciel, division Recherche chez IBM.

L’avenir du navire sera de travailler en tandem avec des océanographes humains et d’autres navires autonomes, pour récolter des données environnementales critiques et protéger l’environnement des océans.

Afin de permettre aux abonnés du monde entier de se tenir informés des différentes missions du bateau robot, IBM et ProMare ont lancé un portail Web interactif. Construit par IBM iX, la branche de conception commerciale d’IBM Services, le portail MAS400 est conçu pour fournir des mises à jour en temps réel sur l’emplacement du navire, les conditions environnementales et les données de ses divers projets de recherche.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *