Google ouvrira son premier centre de données canadien à Beauharnois

Google a fait connaître son intention d’acquérir des terrains de 62,4 hectares à Beauharnois, afin d’y construire son tout premier centre de données au Canada, un projet d’une valeur de 735 millions de dollars.

Le cabinet du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a annoncé la nouvelle lundi, informant à la même occasion que le gouvernement avait procédé à l’exclusion de la zone agricole de terrains convoitée par le géant du web et appartenant à Hydro-Québec.

Ce sont 30 emplois qui seront créés une fois que le projet de centre de données sera complété, selon Google.

« Il est estimé que le centre de données générera ici, à Beauharnois, des emplois bien rémunérés, et ce, lors de la construction et dès la première phase du projet », a souligné par voie de communiqué le ministre de l’Économie et de l’Innovation.

« L’expansion des activités d’une entreprise de l’envergure de Google au Québec confirme notre statut de pôle technologique parmi les plus dynamiques et les plus verts au monde » -Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation

La multinationale à l’origine du célèbre moteur de recherche affirme souhaiter se tourner vers les sources d’énergies vertes pour alimenter ses activités. L’hydroélectricité québécoise semble donc être une solution à point pour atteindre ses objectifs.

En effet, Google indique être carboneutre depuis 2007 et veut que tous ses centres de données et campus autour du monde consomment de l’électricité sans émission de carbone d’ici 2030.

« Nous sommes très heureux que Google choisisse l’énergie propre du Québec pour l’aider à atteindre son objectif d’exploiter l’ensemble de ses activités à partir d’énergie renouvelable d’ici 2030. Il s’agit d’une reconnaissance significative du rôle que peut jouer notre énergie dans la décarbonation du continent », a dit Sophie Brochu, présidente-directrice générale d’Hydro-Québec.

L’entreprise Google est présente au Québec depuis 2004. Ses bureaux de Montréal pourront compter jusqu’à 1 000 employés, lesquels seront répartis au sein de trois unités d’affaires : Chrome, Cloud et IA. Récemment, l’entreprise s’est d’ailleurs engagée à faire de Montréal l’un de ses trois principaux bureaux au Canada.

COMPENSATION

Par ailleurs, afin « d’atténuer les répercussions de ce projet sur le territoire et les activités agricoles », le gouvernement prévoit certaines compensations auprès de l’Union des producteurs agricoles (UPA) et de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Ainsi, une superficie équivalente de terrains hors zone agricole appartenant à Hydro-Québec, et voisine aux terrains qu’achètera Google, sera incluse dans la zone agricole pour ensuite être cédée ou confiée à long terme à la Fiducie agricole UPA-Fondaction.

Aussi, une contribution financière de 3,54 millions de dollars sera versée par Québec à cette même fiducie.

De plus, une aide financière de 2,7 millions de dollars sera également octroyée à la CMM pour assurer la mise en œuvre du Parc métropolitain agricole.

Enfin, Hydro-Québec cédera à la Fiducie un terrain d’environ 150 hectares situé à Saint-Stanislas-de-Kostka, dans la région de la Montérégie.

Crédit photo: gracieuseté Jim Henderson

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *