Cybersécurité: Québec et Ottawa font front commun

Afin d’augmenter la « capacité défensive » de l’administration publique québécoise en matière de cybersécurité, le gouvernement provincial a conclu une entente de collaboration avec le Centre de la sécurité des télécommunications du gouvernement fédéral.

L’objectif de cette entente est de partager l’expertise et l’information entre les deux entités.

Le Centre de la sécurité des télécommunications est responsable du renseignement d’origine électromagnétique étranger et des cyber-opérations au gouvernement fédéral. Il relève directement du ministre de la Défense nationale.

« Pour la cybersécurité des Québécoises et des Québécois, les gouvernements ne doivent pas travailler en vase clos » – Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale

En tant qu’expert technique sur les questions de cybersécurité, l’institution appuiera le gouvernement du Québec en obtenant des renseignements sur des menaces, afin de contrer les risques et de prévenir des dangers qui pourraient viser l’administration publique.

« Cette entente […] permettra au Québec et au Canada de renforcer leurs différents outils de cyberdéfense, et ce, dans l’intérêt des citoyennes et citoyens qui utilisent les services gouvernementaux en ligne et qui confient leurs renseignements personnels aux différents organismes publics », a souligné le 25 mai dernier Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale.

GESTION DES DONNÉES PERSONNELLES

Cette annonce arrive tandis que la question de la gestion des données personnelles des Québécois défraie les manchettes.

En effet, de récentes fuites informatiques au Tribunal administratif du logement et une attaque contre le site internet Place 0-5 ont dernièrement secoué l’administration publique.

De plus, au début du mois de mai, le ministre Caire a déposé son projet de loi 95, modifiant la Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises du gouvernement.

L’objectif de ce texte législatif est de rectifier le tir en ce qui concerne la gestion des données collectées auprès des citoyens par le gouvernement.

Par ailleurs, le ministre Caire a récemment réitéré son intention de mettre en place un centre de cyberdéfense, affirmant qu’une enveloppe de 5 M$ avait été mise de côté pour ce projet promis depuis deux ans par la CAQ.

On souhaite ainsi l’embauche d’une cinquantaine d’experts pour ce centre consacré à la cybersécurité qui devrait répondre aux demandes des Québécois en matière de sécurité de leurs données personnelles.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *