Numérique : comment assurer la littératie chez les jeunes?

Votre enfant sait comment publier une vidéo sur l’application Snapchat en un tournemain, mais sait-il vraiment comment utiliser Internet ? Pas si évident, si l’on en croit des acteurs des milieux de l’éducation et des technologies présents à la Table de concertation de littératie numérique du Québec, le 17 novembre.

Ces discussions, mises sur pied par l’organisme Printemps numérique il y a quatre ans, en étaient à leur huitième édition.

À l’occasion de cette rencontre, des gens venus des secteurs de l’éducation, des technologies et gouvernementaux se sont rassemblés pour mettre la table à propos des « enjeux de littératie numérique et de citoyenneté à l’ère du numérique ».

« Ça fait depuis 2018 que nous avons adopté une nouvelle approche sur cette question. Chez RÉCIT, nous avons commencé à examiner ce dont on a besoin pour assurer que les jeunes puissent devenir des citoyens éthiques dans le contexte du numérique », explique Annie Turbide, conseillère pédagogique au service national du RÉCIT, un réseau axé sur le développement des compétences des élèves par l’intégration des technologies.

Selon la conseillère, l’omniprésence du numérique dans nos vies, qui a par ailleurs été renforcée par les effets de la pandémie, oblige une intervention novatrice auprès des jeunes.

« Les sphères du numérique et du monde « réel » sont poreuses, leurs limites ne sont pas clairement définies. De plus, nous ne voulons pas avoir une approche moralisante en définissant a priori ce qu’il faut et ne faut pas faire. Enfin, nous voulons leur donner des outils qui leur offrent un certain pouvoir de décision face à ces enjeux », souligne Mme Turbide.

Pour aider les conseillers pédagogiques dans cette mission d’amélioration de la littératie, le regroupement a créé Citnum.ca, une plateforme de ressources et un espace de réflexion à ce sujet.

Ce site regroupe des capsules informatives, de guides et de formations sur une gamme de sujets, tels que l’intelligence artificielle, la désinformation, la vie privée, les comportements en ligne ou encore les médias sociaux.

LA FRACTURE NUMÉRIQUE

Car si les adultes qui encadrent les jeunes d’âge primaire et secondaire ont souvent l’impression que les nouvelles générations les surpassent rapidement en termes de compétences numériques, rien n’est moins vrai selon Amina Yagoubi, docteure en sociologie et chercheuse à la Chaire de recherche du Canada sur l’équité numérique en éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

« Du point de vue de l’apprentissage, notre recherche démontre que les élèves ont peut-être une grande facilité à utiliser un réseau social sur leur téléphone intelligent, mais cela ne signifie pas qu’ils sont capables de naviguer internet sur un ordinateur », affirme cette dernière.

En effet, selon une étude menée par la sociologue auprès d’une cinquantaine d’adolescents et de jeunes adultes, la fracture numérique est très présente parmi cette population.

« Ils ont parfois de la difficulté à faire la différence entre un navigateur Internet et un moteur de recherche. Dans quelques cas, l’Internet ça équivaut à “Google ” » – Amina Yagoubi, docteure en sociologie et chercheure à la Chaire de recherche du Canada sur l’équité numérique en éducation de l’UQAM

Que ce soit le milieu de vie, le niveau d’études, la situation en emploi des parents et le genre, tous ces facteurs peuvent contribuer aux inégalités des jeunes dans le contexte du numérique, selon l’étude de Mme Yagoubi.

UN PLAN DE LITTÉRATIE NUMÉRIQUE

Dans le cadre de sa stratégie économique déposée en mars 2018, le précédent gouvernement québécois a présenté son plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur qui s’échelonne jusqu’en 2023.

1 186 M$ ont été réservés par l’administration de Philippe Couillard pour « donner une impulsion nouvelle et plus forte au virage numérique du système éducatif et afin de mieux préparer les élèves, les étudiantes et les étudiants québécois ainsi que les citoyennes et les citoyens de demain à vivre, se réaliser et atteindre leur plein potentiel », lit-on dans un document expliquant les tenants et aboutissants dudit plan.

La formation des enseignants aux usages du numérique, des approches pédagogiques innovantes favorisant la réussite éducative et la réduction de la fracture numérique avaient alors été identifiées par le gouvernement comme des défis à relever pour assurer la littératie numérique des prochaines générations.

Crédit photo : Pexels / Auguste de Richelieu