[ANALYSE] Comment financer vos projets en intelligence artificielle ?

À l’échelle planétaire, il existe une mobilisation générale pour la promotion des projets en intelligence artificielle. Les bourses, les subventions, les investissements, … beaucoup d’opportunités et ça n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Voyons quelques pistes.

En réalité, c’est un très beau problème, car les sous sont là. Il ne manque plus que des idées géniales ! Mais avec une concurrence réelle, la course aux subventions demande de bien préparer les propositions de projets.

PRÉPARER SES PROPOSITIONS DE PROJETS

Pour être reçus, il me semble évident que les projets doivent démontrer non seulement le bénéfice monétaire qu’ils engendrent, grâce aux profits et à la création d’emplois, mais également leur position responsable. 

On ne peut nier aujourd’hui la part de responsabilité écologique ou environnementale que les entreprises doivent avoir et à quel point celle-ci doit se refléter dans les processus d’affaires et à travers les objectifs de tels ou tels produits.

En parallèle, la part de responsabilité éthique est à considérer. Encore un peu floue et difficile à cerner, cette responsabilité doit également se refléter dans les projets. Ainsi, les projets les mieux soutenus seront ceux qui savent allier le profit aux deux responsabilités éthique et écologique.

Puisque les normes en éthique de l’IA sont encore balbutiantes, les entreprises doivent se concentrer sur les objectifs de leurs projets et s’assurer qu’ils respectent les droits humains fondamentaux. Les projets doivent s’assurer de se prémunir contre les biais algorithmiques, assurer la sécurité des données personnelles et poursuivre un but honorable envers la société.

À L’ÉCHELLE CANADIENNE NOUS AVONS LE CIFAR

Le CIFAR est un organisme de recherche mondial fondé en 1982 par le Gouvernement du Canada. En 2017, cet organisme devient porteur de la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle.

Cette stratégie est une toute première en tant que stratégie nationale d’intelligence artificielle et avec ses 444 millions de dollars elle constitue un fonds précieux pour la recherche et le développement d’applications intelligentes.

L’organisme possède trois branches principales:

  1. LAmii à Edmonton;
  2. L’Institut Vecteur à Toronto;
  3. Le Mila à Montréal.
LA SUPER GRAPPE D’IA AU CANADA

Scale AI est un centre canadien d’innovation et de co-investissement qui reçoit un financement gouvernemental et des contributions du secteur privé.

Les chiffres sont parlants. Ce centre reçoit 230 millions de dollars du gouvernement canadien et 53 millions de dollars du gouvernement québécois.

Sa mission est d’aider les entreprises à améliorer leurs offres des produits et leurs services basés sur l’intelligence artificielle par un soutien consultatif. Le but étant de stimuler cette économie numérique.

Scale IA rembourse jusqu’à 50 % des dépenses pour les projets approuvés.

FÉDÉRAL, PROVINCIAL, COMMENT S’Y RETROUVER

Le gouvernement du Québec dispose de 100 millions de dollars sur cinq ans pour la création et la gestion d’une grappe québécoise en intelligence artificielle qui est en grande partie développée au centre IVADO avec le programme INVEST-AI.

D’autre part, au provincial, le gouvernement du Québec gère 40 millions de dollars pour sa participation à la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle.

Par ailleurs, le domaine universitaire développe des chaires de recherche en IA. L’Université McGill reçoit 84 millions de dollars et l’Université de Montréal 93,5 millions de dollars du Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada.

Notons ici que le budget total de ce fonds s’élève à 900 millions de dollars pour financer la recherche dans le domaine de l’IA à l’échelle canadienne.

Appel à projets du gouvernement du Québec

En 2020, le gouvernement du Québec a lancé un programme d’appel de projets en innovation dans le domaine de l’intelligence artificielle dont l’enveloppe budgétaire s’élève à plus de 25 millions de dollars. Ce montant sera alloué en majeure partie aux startups afin de leur fournir un levier de croissance.

Le programme s’adresse à trois catégories de projet
  1. Projets d’innovation des startups : une  aide maximale de 50 000 dollars est offerte aux jeunes entreprises de 3 ans et moins qui développent en IA.
  2. Projets d’innovation des PME : ici, une aide maximale de 150 000 dollars est allouée à la recherche et le développement d’applications intelligentes (R&D).
  3. Projets d’innovation d’envergure : une aide maximale de 1,5 million de dollars par projet est octroyée aux projets d’IA issus de regroupements d’entreprises.
Partenar-IA
Les 9 Regroupements Sectoriels de Recherche Industrielle du Québec (RSRI) soutenus par le gouvernement du Québec disposent du programme Partenar-IA. Ce programme se divise en deux volets :
  1. Partenar-IA | Entreprise : une aide maximale de 150 000 dollars par entreprise partenaire et de 600 000$ dollars par projets est disponible pour les projets alliant recherche et développement et un partenariat avec le secteur public.
  2. Partenar-IA | Académique : une aide maximale de 500 000 dollars est offerte aux centres de recherche publics qui développent un partenariat avec au moins une PME ou startup québécoise.

Au Québec, l’organisation Prompt est l’un des 9 regroupements sectoriels (RSRI) à déployer ce financement pour les projets en intelligence artificielle.

Bien que particulièrement alléchante, cette énumération des aides accessibles pour l’innovation en intelligence artificielle n’est pas exhaustive.

Par ailleurs, il faudrait bien détailler les chiffres pour comprendre comment les sommes sont réparties entre l’aide fédérale et l’aide provinciale. Mais les éléments présents nous permettent du moins d’en commencer l’analyse.