La révolution du Métavers : à quoi doit-on s’attendre ?

Le Métavers de Facebook annonce une prochaine révolution dans laquelle l’homme est placé au cœur des performances avec la technologie comme moteur et l’art pour nous bercer. Mais parmi ces options vertigineuses, quelles sont les promesses du Métavers ?

Si Dieu a créé l’univers, l’homme tend à repousser ses frontières. C’est présentement que tout se joue. Le Métavers installe un rapport de force entre les plus grandes firmes américaines. Si bien que le gouvernement québécois affiche une dévotion proactive à cette compétition virtuelle. Côté cirque, le pouls bat au même rythme.

À L’AUBE DU 3.0

Le concept de « métavers » apparaît initialement en 1992 dans le roman de science-fiction de Neal Stephenson, le Samouraï virtuel (Snow Crash en VO). Son auteur fait référence à une convergence de réalité physique, augmentée et virtuelle dans un espace en ligne partagé.

Quant aux jeux vidéo, voici quinze ans que les studios développent des mondes aux allures de doublure numérique. C’est ainsi que Second Life, Fortnite et Minecraft inaugurent cette tendance immersive, via un écosystème illimité nous affranchissant de toute contrainte physique.

Depuis le début de la pandémie, le cyberespace prend une ampleur inédite remettant en cause nos liens sociaux. Tim Sweeney, PDG d’Epic Games, surfe sur cette vague contagieuse via le concert de Travis Scott performé sur la plateforme de Fortnite.

Résultat éloquent : 12,3 millions de joueurs assistent, en avril 2020, aux prouesses de son jumeau numérique pendant dix minutes. Un bel avant-goût de ce qui nous attend…

POST-FACEBOOK

Le 25 octobre 2021 est également un jour à marquer d’une pierre blanche. Au moment où sa société est dans la ligne de mire du gouvernement américain, Mark Zuckenberg révèle ses ambitions. Le milliardaire se donne cinq ans pour réincarner l’utilisation d’Internet en une expérience maximaliste qui va au-delà de ses applications. La formule de Méta contiendra une économie à part entière et une « interopérabilité sans précédent. » Sans compter tous les emplois qui vont être créés pour façonner et supporter ce Nouveau Monde.

L’une des pièces maîtresses du hub social futuriste : Andrew Bosworth, actuel dirigeant de Facebook Reality Labs et qui est nommé directeur technologique de ce méta-univers ouvert. Le successeur de l’Internet 2.0, Méta, promet ainsi des déplacements et des expériences en VR et AR  incarnés par notre avatar. Nous nous accomplirons au bureau, au centre d’achats et à la salle d’entraînement avec une extension de notre corps fait à notre image.

LE QUÉBEC EN PÔLE POSITION

Frappée du sceau de l’innovation, la Belle Province compte bien tutoyer la sphère virtuelle en open source. Grâce à un fonds de démarrage lancé par Investissement Québec, les créatifs disposeraient de 200 millions de dollars pour développer la présence québécoise sur diverses plateformes de jeux.

La vision du gouvernement est de promouvoir son écosystème aussi bien dans le domaine de l’industrie que du tourisme. Non seulement cet espace sera une vitrine aux yeux des joueurs internationaux, mais constituera un lieu d’interaction avec employés et représentants des multiples institutions du Québec.

Nous avons bien hâte de découvrir l’avatar du Premier ministre !

HUMAIN + TECHNOLOGIE + SPECTACLE

Alexandre Teodoresco, Directeur stratégie et développement à la Compagnie des 7 doigts avise sur la direction du contenu Internet dans le monde du Cirque. Depuis 2002, le collectif des 7 Doigts multiplie les expériences immersives et fait de la technologie son fer de lance.

Il produit des spectacles multidisciplinaires en explorant les nouvelles perspectives de la réalité virtuelle et augmentée. La vision de la compagnie étant d’explorer l’interaction entre technologie et êtres humains dans un contexte de performance vivante.

À L’HEURE DE L’EXPÉRIMENTATION

Ce portail technologique pose la problématique du langage. Comment va-t-on exprimer cet art à travers ce médium ? Au XIXe siècle, les mêmes questions apparaissaient dans la tête de cinématographes comme Georges Méliès. 

Au temps des balbutiements du cinéma, il questionne l’avenir de cette discipline en termes de narration. Plus récemment, les studios de jeux vidéo ont innové en ajoutant au vocabulaire cinématique un gabarit virtuel en 3D.

Pour Alexandre, la domination croissante de cette technologie justifie ces nouvelles phases d’expérimentation. Le Cirque souhaite se rendre au même niveau de langage et de performance que les jeux vidéo.

« Le Métavers est une opportunité fantastique pour créer un nouveau langage dans le spectacle. »  – Alexandre Teodoresco, Directeur stratégie et développement à la Compagnie des 7 doigts

Tandis que le public a assimilé ces scénarios, le Cirque mise sur la performance du spectacle vivant incluse dans le Métavers. En d’autres termes, la Compagnie des 7 Doigts travaille sur le vocabulaire qui va émerger de ces deux entités au premier abord paradoxales.

Par exemple, la compagnie imagine transposer les mouvements d’un artiste dans un espace où les spectateurs se promèneraient en temps réel. Le défi est de trouver une réponse par rapport à ce format de spectacle. Selon Alexandre, l’intention est de recréer une émotion similaire provoquée par le direct, le risque pris par l’acrobate.

COMMENT L’IA INTERVIENT-ELLE ?

La Compagnie de cirque à taille humaine étoffe sa palette dans son laboratoire d’expérimentation. En effet, elle imagine comment l’intelligence artificielle interviendrait à différents niveaux. D’une part, l’IA a son rôle à jouer dans la captation des mouvements. On sait qu’avec le deep learning, les caméras s’associent à des réseaux convolutifs capables de distinguer l’objet d’étude de l’arrière-plan. La pose de capteurs est plus contraignante, car cela contraint les mouvements de l’artiste.

Dans ce processus, d’autres algorithmes servent à suivre les acrobaties, à reconnaître les différentes positions du corps pour en évaluer le centre d’inertie. D’autre part, l’exploit est d’appréhender les interactions entre avatars et IA. Tandis que les spectateurs profiteront d’un événement en direct depuis des milliers de kilomètres, ils s’immergeront dans une foule hybride. En définitive, comment la personnalité de l’IA (comme les personnages non jouables) va vivre dans cet univers ?

LE PARI DE SPIELBERG

En 2018, Steven Spielberg convoite l’œuvre d’Ernest Cline dans une version cinématographique des plus captivantes. Non dystopique, il raconte l’histoire de Wade Wyatt, animé dans le Métavers par sa réplique nommée Parzival. En raison d’un quotidien monotone, l’ensemble de la population s’échappe dans l’Oasis, monde virtuel créé par James Halliday.

Le créateur, dès lors décédé, laisse une énigme récompensée par un prix immense : devenir le propriétaire du jeu. C’est dans cette quête que notre personnage va se lancer à corps perdu, tout en créant des liens affectifs dans la vie réelle.

Contrairement aux œuvres de science-fiction qui questionnent le public sur les biais de la technologie, Steven Spielberg ne fait pas du Métavers son cœur de sujet. Nous aurions pu nous attendre à la critique d’un monde virtuel déshumanisé et totalement dénué de valeurs.  Au contraire, il se sert de cet univers pour raconter une histoire en conceptualisant cette nouvelle technologie qu’il maîtrise.

ATARI L’INSTIGATEUR

Les spectateurs du film Ready Player One découvrent d’innombrables références à la pop culture dont une mérite d’être surlignée. Et le concours initié par Atari fut probablement une source d’inspiration.

À l’instar de Street Fighter et Zelda, Spielberg greffe au scénario un repère historique avec Swordquest. En 1982, Atari lance un défi aux joueurs qui les récompenserait de prix réels d’une valeur de 25 000 $ chacun. Dans le cadre de ce concours, la marque met une série de quatre jeux fantastiques sur le marché.

En dernier lieu, les gagnants de chaque jeu auraient fini par s’affronter au siège social d’Atari à Sunnyvale pour une ultime épreuve. Malheureusement, la firme n’a pas détenu les fonds nécessaires pour maintenir le projet jusqu’au bout.

Crédit photo : Capondesign sur Pixabay