Comment l’innovation technologique révolutionne la vente immobilière au Québec?

Comment l’innovation technologique révolutionne la vente immobilière au Québec?

Comme tous les secteurs commerciaux, celui de l’immobilier doit s’adapter aux nouvelles réalités d’un marché en constante évolution. Motivées par des visées tantôt commerciales, tantôt environnementales, les startups québécoises permettent aujourd’hui aux professionnels de l’immobilier de se doter des solutions les plus innovantes pour relever les défis actuels et faire face à la concurrence.

L’immersion

L’année dernière, le promoteur Groupe Montoni et l’entreprise Imagine 4D, en collaboration avec SmartPixel, ont lancé Station IX, une technologie multi-immersive soutenue par Investissement Québec. Présentée comme étant une technologie verte en ce qu’elle élimine les déplacements et les bureaux de vente temporaires, elle permet de visiter de façon virtuelle un projet immobilier et de s’y projeter.

S’apparentant à une sorte de « holodeck » sorti tout droit du futur, Station IX permet, comme si l’on était au théâtre, mais à l’intérieur d’un immense dôme, de visiter un projet immobilier en 3D ou 4D, un peu comme le métavers nous permet d’explorer un environnement en réalité virtuelle (VR), mais sans avoir à porter un casque VR. À partir de miroirs inclinés et de projecteurs de haute définition, l’image est reflétée sur un écran courbé de 280 degrés qui crée une projection adaptée à l’œil humain. « L’utilisateur n’a donc pas à porter de lunettes ou autre périphérique », précise Groupe Montoni.

IMAGE: The Station IX multimmersive experience involves a 270-degree visual chamber. Creator Imagine 4D is seeking a residential real estate developer bringing a project to market within the next year or so to partner and develop a marketing experience. (Courtesy Imagine 4D)

Station IX, format théâtre. (Photo : Imagine 4D)

La compagnie Imagine 4D, basée à Dorval, décrit Station IX comme étant son produit phare, « une coupole immersive » propulsée par « une réalité virtuelle dans une immersion hautement réaliste, favorisant la collaboration et l’interaction à un groupe d’usagers ». La coupole peut être louée ou achetée en trois formats : poste de travail, théâtre et auditorium. « Son implantation requiert certains éléments logistiques de base, mais son installation est rapide. Du côté opération et maintenance, le tout s’avère sans souci. »

La visualisation que permet Station IX a été conçue pour aider les organisations à planifier leur avenir et à prendre des décisions plus éclairées tout en minimisant les risques. La technologie a d’abord fait ses preuves dans les secteurs de la défense et de l’énergie nucléaire, avant de trouver preneur auprès de Groupe Montoni. Présentée comme une première mondiale dans le secteur de l’immobilier, l’innovation vise, dans ce champs d’application, à accélérer le processus décisionnel pour les acheteurs et locataires en leur permettant de se projeter de façon plus concrète dans leur futur environnement, avant d’avoir à se commettre. Les utilisateurs peuvent ainsi visiter un projet qui n’a pas encore été construit, voir la vue qu’ils auront, l’orientation du soleil selon les heures de la journée ou se promener à l’intérieur comme à l’extérieur sur le site.

« Les projets immobiliers doivent avoir été numérisés au préalable, et cela peut prendre quelque temps », explique Frédérick Truchon‑Gagnon, directrice des Affaires publiques et Communications chez Groupe Montoni.

« Cette annonce renforce la notoriété du Québec en matière de réalisation de projets technologiques innovants. Notre gouvernement est présent partout au Québec pour soutenir les initiatives comme celle d’Imagine 4D et du Groupe Montoni. C’est ce type de projet qui permet aux entreprises québécoises de faire prospérer leur région et à notre économie de fructifier », a déclaré Lucie Lecours, ministre déléguée à l’Économie.

L’IA pour générer un rapport d’évaluation

L’entreprise de solutions foncières JLR a fait appel au Centre de Recherche Informatique de Montréal (CRIM) pour optimiser le fonctionnement de son logiciel d’analyse de valeur foncière, Évia, pour développer des modèles prédictifs d’intelligence artificielle (IA) et évaluer avec précision la valeur des propriétés.

« Le CRIM a travaillé à une nouvelle structure de fonctionnement pour le logiciel. Celle-ci est basée sur l’apprentissage automatique (machine learning) et sur des réseaux de neurones au lieu du modèle statistique », indique le Centre.

« Le modèle est conçu de manière à ce qu’il puisse fonctionner même si des données sur l’immeuble recherché sont manquantes. Il est aussi en mesure de signaler des transactions qui se démarquent de la tendance actuelle pour un secteur. »

– Centre de Recherche Informatique de Montréal

Au départ, le logiciel ne faisait qu’analyser les données à partir d’un modèle statistique, et fournir une fourchette de valeur ainsi qu’une valeur médiane des propriétés comparables à celle d’intérêt, sans trop de précision.

Grâce à sa technologie de vision par ordinateur et d’imagerie satellite, JLR a pu composé sa banque de données de plus d’un million de photos de façades de bâtiments, à partir desquelles le CRIM a développé un algorithme capable de détecter automatiquement certaines caractéristiques physiques d’une propriété en fonction de photos : le type de revêtement extérieur, la taille de la fenestration, la présence d’un garage, etc.

Les scientifiques du CRIM ont croisé les résultats des travaux de détection de caractéristiques des bâtiments avec les données de la base de données de JLR bâtie sur 30 ans, puis ont développé des modèles prédictifs d’intelligence artificielle (IA) pour estimer de façon beaucoup plus précise la valeur marchande. « Le modèle est conçu de manière à ce qu’il puisse fonctionner même si des données sur l’immeuble recherché sont manquantes. Il est aussi en mesure de signaler des transactions qui se démarquent de la tendance actuelle pour un secteur. »

Autres articles abordant le même thème :

Crédit Image à la Une : Montoni et Imagine 4D