5 solutions technologiques qui révolutionnent le secteur de la restauration

5 solutions technologiques qui révolutionnent le secteur de la restauration

Quelles options s’offrent aux restaurateurs du Québec pour leur permettre d’innover et de relever les défis liés à la pénurie de main-d’œuvre ? CScience relève cinq solutions technologiques portées par des entrepreneurs québécois qui répondent à différents besoins dans le milieu de la restauration.

On le sait, le manque d’employés reste un enjeu pour les entreprises du secteur du tourisme et de la restauration, qui compte toujours environ 150 000 postes à pourvoir. « Dans un contexte où le marché du travail au Canada est très concurrentiel, le taux de chômage dans le secteur du tourisme a baissé de 1,7 point de pourcentage entre le premier et le deuxième trimestre 2022, atteignant 3,7 % à la fin juin », indique l’Association Restauration Québec (ARQ). Mais comment aider les commerçants à compenser le manque persistant de livreurs et de serveurs, à assister les chefs cuisiners dans l’élaboration de leur menu, ou encore, à réduire les frais que leur coûtent des services tiers comme ceux d’Uber Eats et autres multinationales ?

Des solutions

1. L’Ordercube pour le service aux tables

Depuis quelque temps, on parle beaucoup de l’Ordercube, ce cube lumineux conçu par des développeurs allemands, et distribué par Pierre-Antoine Morency, copropriétaire de nombreux restaurants au Québec.

L’objet, qu’il est possible de tenir dans une main, est placé au centre d’une table, à la portée des clients. Lorsque ces derniers veulent communiquer avec le personnel, ils n’ont qu’à appuyer sur le bouton dont est muni le cube pour qu’il s’illumine et envoie une notification aux employés de la salle sur un appareil connecté.

Lorsqu’un client veut commander ou payer, il choisit le bouton SERVICE ou PAY, et l’Ordercube change de couleur pour signifier aux serveurs qu’il est en attente.

Grâce aux étiquettes NFC localisées sur les tables, il est possible de voir l’état de tous les cubes sur l’application Ordercube. S’appuyant sur la technologie Bluetooth Smart 4.0, les cubes sont connectés par un réseau en maillon stable, flexible et rapide. Ils peuvent être distancés jusqu’à 15 m les uns des autres.

On peut utiliser l’Ordercube pour indiquer si une table est réservée. Le cube s’allumera en rouge et ne pourra être utilisé que lorsque le personnel l’aura réactivé à la table ou via l’application.

2. UEAT pour la commande en ligne

UEAT pour révolutionner la commande en ligne

L’entreprise québécoise UEAT a pour mission de démocratiser la commande en ligne auprès des restaurateurs. Créée en 2017 par cinq entrepreneurs, dont Martin Lafrance, Alexander Martin, Matthew Perron, Sébastien Huot et Bernard Imbert, la solution répond aux besoins d’innovation des restaurateurs en reposant sur le principe de l’étiquette blanche. Se distinguant des Uber Eats, Doordash et autres multinationales ayant développé des applications de mise en marché à grosses commissions, UEAT permet un usage individualisé, puisqu’il offre aux restaurateurs la possibilité de personnaliser leur service de commande en ligne et de l’intégrer directement à leur site web. La solution permet ainsi d’offrir la commande en ligne et la demande de livraison directement à partir du site.

UEAT sollicite également l’intelligence artificielle (IA) grâce aux algorithmes de recommandation qui permettent d’afficher et de proposer des produits aux clients en fonction de leurs habitudes de consommation, mais aussi d’autres facteurs jugés pertinents, tels que la météo, l’heure de la journée, etc.

3. MagistroSoft

MagistroSoft a pour objectif de rendre accessible la gestion informatisée des opérations dans le domaine de la restauration, et le traitement de données, grâce à une suite de logiciels conçue pour réduire le temps de formation des employés. Grâce à l’intelligence artificielle, MagistroSoft accompagne l’utilisateur dans l’optimisation de ses opérations et sa prise de décision, et intègre divers services, incluant salles à manger, commandes à emporter, services de livraison, services de traiteurs, location de salles, centrales d’appels et commandes en ligne.

Compatible avec tout appareil informatique et mobile, la solution vise à  augmenter les profits et la productivité, tout en minimisant le temps nécessaire pour compléter les opérations.

Ayant son siège social à Magog, MagistroSoft sert des entreprises canadiennes et américaines en anglais et en français. « Nous exploitons et utilisons des technologies d’avant-garde afin de permettre à tous nos clients de faire d’importantes économies colatérales qui peuvent aller jusqu’à 20 000 $ par point de vente », affirme l’entreprise.

4. L’IA au service de l’art culinaire

Qui aurait cru que le Lentin du Chêne et la noix de coco feraient bon ménage, ou encore que la framboise et l’algue nori se marieraient bien ensemble? Personne, sinon le « Gastronomy Flagship Project » de Sony AI, cet outil capable de proposer des combinaisons d’ingrédients aux chefs qu’il assiste en cuisine.

Selon Erica Kato Marcus de chez Sony AI, l’outil, développé à partir de la « science aromatique d’harmonies moléculaires » de François Chartier, fondateur de Chartier World Lab, aurait jusqu’à présent été très bien reçu par la communauté des chefs testeurs, même s’il reste à démocratiser et à rendre accessible à un plus grand bassin d’utilisateurs.

Depuis janvier 2019, M. Chartier, sommelier, œnologue, animateur et auteur québécois, est aussi conseiller au comité de recherche du projet SONY AI : Artificiel Intelligence & Gastronomy, à Tokyo. « C’est un projet qui englobe plusieurs projets, résume-t-il. Il s’agit de voir comment penser la nourriture de demain dans un contexte de vieillissement de la population, alors que la cuisine et l’alimentation sont devenues une thématique très importante et centrale au cœur de nos vies. Aujourd’hui, les millénariaux se définissent davantage par la cuisine que par leur habillement ou leur travail, c’est dire son importance! Et l’avènement de la Covid-19 transforme de nouveau notre rapport à notre alimentation quotidienne, qu’il faut redéfinir. »

5. Une application mobile pour réduire le gaspillage

Aucune description de photo disponible.Sauvegarde.app lutte contre le gaspillage alimentaire en proposant, via les commerces locaux, des produits à prix réduit. Elle permet ainsi aux clients de racheter les invendus des restaurants, boulangeries, épiceries et cafés participants, et aux commerçants de faire au moins un peu de gains sur leur surplus alimentaire.

L’application est téléchargeable gratuitement sur Android et App Store, et permet de localiser les commerces puis d’en visualiser la marchandise. Elle classe les produits selon trois catégories d’aliments, et émet des avis de prudence quant à la date de péremption de la viande.

« Les technologies pourront nous aider à affronter la pénurie de main-d’œuvre et permettront au personnel de se concentrer sur l’humain : les clients. »

– Liza Frulla, Directrice générale de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ)

Une formation gratuite

Lorsqu’on parle d’intégrer de nouvelles technologies pour combler le manque de personnel et assister les employés dans leurs opérations, on oublie parfois qu’il n’est pas donné à tous de s’habituer à de nouveaux outils qui feront désormais partie du quotidien. C’est pourquoi l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) propose une formation gratuite pour accélérer le virage numérique des restos, hôtels et bars du Québec

La formation de perfectionnement, intitulée « Les technologies au service de la restauration », est disponible gratuitement en ligne depuis octobre 2021. Ouvertes aux gestionnaires et à l’ensemble du personnel de l’industrie souhaitant intégrer les nouvelles technologies dans leur milieu de travail ou simplement parfaire leurs connaissances, elle vise à faciliter les tâches quotidiennes des employés et gestionnaires, tout en augmentant la marge de profit des établissements.

« À titre de plus grande école hôtelière au pays, le rôle de l’ITHQ est non seulement de répondre aux besoins actuels de l’industrie, mais aussi de préparer l’avenir. Nous sommes heureux de pouvoir offrir aux restaurateurs, hôteliers et tenanciers de bar québécois, une formation complète leur permettant d’exploiter les meilleures technologies sur le marché et d’opérer avec une efficacité optimale. Les technologies pourront nous aider à affronter la pénurie de main-d’œuvre et permettront au personnel de se concentrer sur l’humain : les clients. Une belle manière de valoriser et de maintenir les emplois créatifs et de qualité dans nos secteurs », a déclaré Liza Frulla, Directrice générale de l’ITHQ.

Sur le même thème :

Crédit Image à la Une : Unsplash et Ordercube