Couverture-#2
Infographie-Données_perso

[C+CLAIR] Que valent nos données personnelles ?

Copie de Design sans titre-9

L’émission mensuelle de la rédaction de CScience IA, « C+Clair », s’intéresse ce mois-ci aux données personnelles et plus particulièrement, à leur valeur. À combien de monnayent-elles ? Qui les collecte ? En forme t’on assez pour accompagner la croissance du secteur ?

Pendant plus de 30 minutes, le directeur de publication de CScience IA, Philippe Régnoux, interroge Vanessa Henri, avocate chez FASKEN, et Jean-Philippe Décarie-Mathieu, Chef de la cybersécurité aux Commissionnaires du Québec et chez vygl.ca,  pour éclairer cet enjeu qui nous concerne tous.

Nos données personnelles : un marché convoité

Données personnelles par Gerd Altmann de Pixabay

C’est LA matière première majeure du XXIe siècle. On les sème à tout vent en cette ère numérique, et la plupart du temps, tout à fait gratuitement. Mais qu’advient-il de nos données personnelles et à qui servent-elles ?

Prendre soin de ses données grâce aux principes FAIR

données, base de données, data, data center. Crédit photo: Pexels/Christina Morillo

La révolution de l’intelligence artificielle (IA) est impossible sans l’apport des données. Jusqu’à présent, beaucoup d’efforts et d’argent ont été versés dans les centres de recherche pour aider au développement des technologies de l’IA, mais trop peu d’attention a été portée aux données, et il est temps que cela change selon les experts.

Comment (tenter de) reprendre le contrôle de ses données ?

pexels-thisisengineering-3861969

Alors que les enjeux de confidentialité intéressent de plus en plus d’internautes, il existe aujourd’hui plusieurs moyens de limiter la collecte massive de vos données personnelles et d’avoir à nouveau un semblant d’intimité sur la toile.

Sommes-nous souverains de nos données?

pexels-christina-morillo-1181316

Chaque jour, une quantité ahurissante de données est produite par les entreprises, les universités et les individus. La numérisation de biens et services crée un océan d’information qui la plupart du temps se retrouve sur un serveur anonyme, dont on ne connaît rien.  Ainsi, sommes-nous vraiment maîtres de nos données et ne risquent-elles pas de profiter seulement aux grandes corporations du numérique?

Données personnelles : quand la reconnaissance faciale va trop loin

Surveillance. Crédit photo: Pexels/Burst

La reconnaissance faciale est une des technologies de l’intelligence artificielle (IA) les plus controversées et dont les implications éthiques ne cessent d’être débattues. Les multiples rebondissements dans l’affaire Clearview AI semblent démontrer qu’une nouvelle conscience juridique s’instaure peu-à-peu au Canada en matière des données biométriques. De plus, l’adoption de ce genre d’outil par les forces de l’ordre soulève l’inquiétude des organismes se portant à la défense des droits et libertés de la personne.

[ANALYSE] Le cycle de vie des données et le déclin de la sphère privée.

identite_numerique

Qu’est-ce que “l’identité” ou le “profil” numérique? Il s’agit d’une série d’enregistrements qui concernent notre personne. Ces données sont accumulées depuis des années et cette collection est exponentielle. Nous avons tous aujourd’hui une histoire digitale, qu’on le veuille ou non.

 

Les générations précédentes n’en ont pas; leur historique digital est inexistant. Nous sommes aux balbutiements de cette histoire numérique et collective. À cela s’ajoute l’implication de l’intelligence artificielle (IA) et son interaction continue avec les données.

Les données de santé, un trésor convoité

pexels-photo-3758748

Récemment, l’annonce par le gouvernement d’une possible commercialisation des données médicales de la RAMQ à des entreprises pharmaceutiques a fait la Une de l’actualité. Ce sujet a soulevé de nombreuses interrogations. CScience IA fait le point sur les enjeux de l’utilisation des données médicales des Québécois.

[C+CLAIR] Souveraineté des données, sommes-nous maîtres chez nous?

Copie de Design sans titre-7

Pendant près de 30 minutes, le directeur de publication de CScience IA, Philippe Régnoux, interroge Henry-Paul Rousseau, ancien président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec, et actuellement professeur associé à l’INSTITUT SUR LA RETRAITE ET L’ÉPARGNE d’HEC Montréal,  pour nous aider à éclairer cet enjeu.