Le Québec sera-t-il dans la course à l'autonomisation des transports?

Le Québec sera-t-il dans la course à l'autonomisation des transports?
Le projet-pilote d’une navette électrique autonome dévoilé par Keolis et Navya a fait grand bruit au Québec. Selon les observateurs de l’industrie du véhicule innovant, la province possède des atouts pour faire sa place dans la course à l’autonomisation des transports.

 

Les projets de véhicules autonomes se multiplient à travers le monde. Pour se démarquer sur le marché mondial de la voiture autonome, le Québec devrait miser sur le développement du transport collectif.

Même si des freins subsistent du côté financier et réglementaire, grâce au savoir-faire en intelligence artificielle et à la technologie LiDAR (Light Detection and Ranging), des appareils qui émettent un faisceau laser et en reçoivent l’écho (comme le radar), permettant ainsi de déterminer la distance d’un objet, le Québec pourrait tirer son épingle du jeu en participant à l’autonomisation des transports collectifs et ainsi soutenir le réseau de mobilité partagée traditionnelle.

« Le Québec n’aura jamais une filière automobile comme l’Ontario. Par contre, notre écosystème est composé de joueurs capables de développer des véhicules uniques qui ont le potentiel de répondre aux enjeux de mobilité d’aujourd’hui avec les technologies de demain. » Benoît Balmana, directeur général du technopôle IVEO

 

Pour en savoir plus : https://www.ledevoir.com/societe/transports-urbanisme/534875/vehicules-autonomes-en-combinant-tradition-et-innovation-le-quebec-pourrait-devenir-un-chef-de-file-de-la-mobilite-de-demain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *