Des jouets qui collectent des informations à notre insu

À la veille de Noël, les parents doivent-ils se méfier de jouets connectés à Internet qui recueillent de précieuses informations et ce, et à l’insu des parents et des enfants?

Maryse Lassonde, présidente du Conseil supérieur de l’Éducation, s’inquiète du grand nombre de personnes qui ignorent l’impact et le fonctionnement de ces technologies, de plus en plus présentes dans les objets de consommation courante.

« On ne comprend pas toutes les traces qu’on laisse sur le Web et encore moins celles que les appareils récoltent sur nous. Des jouets connectés à Internet collectent des informations sur des enfants qui ne vont même pas à l’école », précise-t-elle.

Mais qu’en est-il exactement?

En 2017, Angela Merkel, dirigeante de l’Allemagne, a interdit la vente de la poupée Cayla qui était équipée d’un émetteur-récepteur. Des caméras ou micros cachés peuvent transférer des données à l’insu des utilisateurs, mettant ainsi en danger la vie privée de ses propriétaires, avait alors invoqué les autorités allemandes pour expliquer leur décision.

DE NOMBREUX JOUETS SUR LE MARCHÉ

Entretemps, la poupée Cayla a disparu du rayon des jouets de l’Allemagne mais aussi au Canada, à la suite des pressions de l’organisme Option consommateurs qui avait préparé un rapport « Enfants sous écoute » en 2018.

Toutefois, on retrouve encore sur le marché des jouets populaires, dont des animaux en peluche, robots, montres, fusils… Qui contiennent une caméra ou des micros connectés à une tablette ou un téléphone intelligent.

Il subsiste toujours un risque que l’enfant soit filmé à son insu lorsqu’il transporte son jouet dans différentes pièces de la maison. Toutefois, le véritable enjeu concerne les bases de données et les réseaux domestiques à la sécurité pouvant s’avérer faible.

« Des pirates peuvent utiliser ces appareils pour voler des données qui ont une grande valeur » Alexandre Plourde

En 2015, des pirates ont en outre accédé aux renseignements personnels de plus de 316 000 enfants canadiens hébergés sur les serveurs de l’entreprise VTech, qui fabrique des tablettes pour enfants. De quoi souligner l’importance d’instaurer des contrôles en la matière.

UN PROJET DE LOI À L’ÉTUDE

À l’heure actuelle, les différents paliers de gouvernement se penchent sur des politiques afin mieux de protéger les consommateurs. Depuis juin 2020, les élus de l’Assemblée nationale au Québec étudient l’adoption du projet de Loi 64 qui vise à moderniser la législation en matière de protection de la vie privée. Déjà, la Californie, le Japon, la Corée et le Brésil ont adopté un règlement général en ce sens.

« Un des gros changements prévus par le projet de Loi 64 est l’adoption de sanctions monétaires plus élevées pour les contrevenants dont les fabricants de jouets », ajoute Alexandre Plourde, qui se dit satisfait par de telles mesures.

Ces amendes plus élevées vont-elles vraiment éviter la fabrication de jouets présentant des failles et surtout des normes peu élevées en matière de sécurité ? « Le projet de loi ne répond pas à toutes nos demandes. On aurait voulu que des tests de sécurité soient obligatoires avant la mise en marché d’un jouet intelligent », ajoute-t-il.

M. Plourde souhaite que le Commissariat de protection à la vie privée puisse jouer un plus grand rôle. « Il pourrait avoir le pouvoir par exemple de retirer du marché des jouets non conformes aux exigences de la Loi. »

De son côté, la présidente du Conseil supérieur de l’Éducation estime essentiel que les parents et les différents organismes soient sensibles à l’importance de l’adoption d’une loi pour garantir des jouets intelligents sécuritaires. Le but est toujours d’éviter le vol de données qui nuirait éventuellement aux jeunes consommateurs et à leur famille, car comme le souligne Mme Lassonde : « s’il n’y a pas de pression sociale, pourquoi le gouvernement déciderait-il d’adopter une loi sur un sujet qui ne préoccupe guère la population ? ».

Un enjeu qui semble loin d’être réglé, et qui vient rejoindre les nombreuses questions entourant la protection et l’utilisation de nos données personnelles.

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *