LANCEMENT DU PARTENARIAT MONDIAL POUR UNE IA RESPONSABLE

LANCEMENT DU PARTENARIAT MONDIAL POUR UNE IA RESPONSABLE

Les gouvernements du Canada et du Québec et la communauté internationale s’unissent pour faire avancer le développement responsable de l’Intelligence Artificielle. 

Conscients de la nécessité d’une coopération à l’échelle internationale pour exploiter le plein potentiel de l’intelligence artificielle, et en faire bénéficier l’ensemble des citoyens, le Canada et la France lancent officiellement ce lundi 15 juin, conjointement avec l’Allemagne, l’Australie, la République de Corée, les États-Unis d’Amérique, l’Italie, l’Inde, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, Singapour, la Slovénie et l’Union européenne, le Partenariat Mondial sur l’intelligence artificielle (PMIA).

L’objectif: encourager et guider le développement responsable d’une IA fondée sur les droits de l’homme, l’inclusion, la diversité, l’innovation et la croissance économique.

Dans la foulée de l’annonce de cette coopération internationale d’envergure, le gouvernement du Canada unit également ses forces avec le gouvernement du Québec pour faire avancer le développement responsable de l’IA. 

Le ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, Nadine Girault, annoncent l’établissement du Centre d’expertise international de Montréal pour l’avancement de l’intelligence artificielle (CEIMIA), ainsi que la signature d’un protocole d’entente dans le cadre du PMIA. 

L’utilisation responsable de l’IA et la gouvernance des données

Le PMIA facilitera la collaboration internationale et multipartite en regroupant des experts de l’industrie, de la société civile, des gouvernements et des universitaires. 

Il travaillera sur quatre thématiques, dont deux seront appuyées par le CEIMIA : l’utilisation responsable de l’IA et la gouvernance des données. Un centre d’expertise analogue à Paris traitera de deux autres thèmes: soit l’avenir du travail et l’innovation et la commercialisation de l’IA. Dans le contexte actuel de pandémie, le PMIA examinera également comment l’IA peut être mis à contribution pour répondre et se remettre de la COVID-19. Plusieurs experts canadiens contribueront aux recherches de pointe et aux activités des groupes de travail du PMIA sur ces thèmes, dont le fondateur et directeur scientifique de l’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila), Yoshua Bengio, qui coprésidera le groupe de travail sur l’utilisation responsable de l’IA. 

« Avec le lancement du PMIA, le gouvernement du Canada reconnaît la nécessité d’un développement responsable de l’IA. Cette initiative s’appuie sur la stratégie pancanadienne de notre gouvernement en matière d’IA pour faire progresser la recherche sur l’IA et promouvoir la collaboration. Notre partenariat avec le Québec dans ce domaine nous aidera à faire en sorte que l’IA offre des possibilités aux Canadiens de façon équitable et socialement responsable. En associant le travail du PMIA aux innovations techniques du secteur de l’IA de Montréal et en établissant des partenariats avec les provinces et les territoires, nous générerons des recherches et une expertise utiles pour les gouvernements du monde entier. » a déclaré le ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, l’honorable Navdeep Bains.

Le CEIMIA : un centre d’expertise mondial sur l’IA

Le CEMIA, dont la mise sur pied est pilotée par Montréal International, constituera l’un des deux centres d’expertise du PMIA avec celui de Paris et travaillera en étroite collaboration avec le secrétariat du PMIA, qui sera hébergé à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En plus des thématiques sous sa responsabilité, le CEIMIA organisera la première rencontre internationale du groupe d’experts multipartite du PMIA à Montréal en décembre 2020.

Le CEIMIA travaillera avec le Conseil consultatif en matière d’intelligence artificielle du gouvernement du Canada, le Forum IA Québec, l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique ainsi que des experts québécois, canadiens et internationaux dans le but de renforcer l’innovation et la commercialisation des technologies de l’IA. 

« Le Québec et notamment sa métropole, se démarquent mondialement dans la recherche en intelligence artificielle. Sa vaste communauté universitaire, ses chercheurs émérites, ses entreprises innovantes et ses nombreux investissements publics et privés au sein de cet écosystème en pleine expansion en font un leader crédible et reconnu. La récente signature du protocole d’entente par le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada vient préciser le rôle du Québec au sein du Partenariat mondial sur l’intelligence artificielle (PMIA) et démontrer le leadership indéniable du Québec en matière de développement responsable de l’IA. En travaillant de concert avec le gouvernement fédéral et les États membres du PMIA, le gouvernement du Québec contribue activement à l’avancement d’une intelligence artificielle au service de l’humain. J’ai d’ailleurs le plaisir d’annoncer la mise en opération, ce 15 juin, du Centre d’expertise?international de Montréal en intelligence artificielle (CEIMIA) qui jouera un rôle de premier plan au sein du PMIA. »  a souligné Nadine Girault, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec.

Signature d’un protocole d’entente relatif au PMIA 

Les ministres Bains et Girault ont aussi rendu public le Protocole d’entente entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec relatif au PMIA. 

Reflet d’une excellente collaboration entre les deux gouvernements, ce protocole d’entente est basé sur le modèle de l’Accord Canada-Québec sur l’UNESCO. Il permettra au Québec de mettre en évidence le rôle important de son écosystème de l’IA, particulièrement dans le domaine du développement responsable de l’IA, ainsi que de se positionner comme partenaire incontournable dans le monde en la matière. Concrètement, au sein de la représentation canadienne, le Québec pourra notamment mettre de l’avant des perspectives scientifiques et recommander des experts pour les groupes de travail du PMIA. Le protocole d’entente permettra aussi au Québec de participer aux activités du PMIA. Le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec entretiendront d’étroites relations axées sur la collaboration et la mobilisation avec les gouvernements des autres provinces et des territoires afin que les travaux du Canada bénéficient de la solide expertise canadienne en IA. Dès 2018, les gouvernements du Canada et du Québec ont saisi l’importance de telles avancées internationales. 

Le Québec octroyait déjà, en mars 2018, un financement de 5 millions de dollars pour la création d’une organisation internationale de l’IA à Montréal.

Le gouvernement fédéral s’était également engagé à investir jusqu’à 10 millions de dollars sur cinq ans afin de soutenir le CEIMIA et le PMIA, pour un investissement total de 15 millions de dollars en cinq ans.

2 Comments
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *