L’évolution d’un précurseur québécois des mégadonnées

Montréal est reconnue dans le monde pour sa culture de startup, de fintech et ses entreprises innovantes. L’une d’elles, TickSmith, spécialisée en mégadonnées et en technologie financière, veut développer son marché aux États-Unis, en Europe et en Asie. Confinement mondial ou pas.

« La pandémie a accéléré l’utilisation de données. On constate que 90 % des données d’aujourd’hui n’existaient pas il y a deux ans », raconte Francis Wenzel, PDG de TickSmith qui a été fondée en 2012 avec trois autres partenaires.

Déjà, au début des années 90, trois membres du quatuor de M. Wenzel et de Marc-André Hétu, David Côté et Tony Bussières se distingue en lançant BrokerWare, une plateforme de solutions de courtage en ligne, fort populaire après des principales banques canadiennes.

Puis, en 1999, la multinationale américaine SunGard, classée au palmarès de 500 Fortune, et fournisseur mondial de solutions informatiques pour les institutions financières et le secteur éducatif acquiert l’entreprise québécoise.

« Je suis resté avec SunGard jusqu’en 2011, précise-t-il. J’avais plein d’idées et de projets, mais c’était une grande entreprise. On me répondait souvent : tu ne pourras pas. Ce n’est pas possible. Pas ici. »

Durant ces années, l’expert constate que ses clients se butent à la même difficulté : gérer et travailler avec une quantité impressionnante de données.  « En créant TickSmith, dit-il, on s’est dit : on va régler ce problème-là. »

Lui et ses partenaires veulent créer des projets innovants, mais surtout, continuer d’avoir du plaisir ensemble et ce, le plus longtemps possible.

 À nos débuts, les termes de Big Data ne sont même pas utilisés dans le monde des affaires.  «On s’attardait à livrer des solutions logicielles concernant des problèmes de gestion ou d’analyse de données à grande échelle», évoque M. Wenzel en termes clairs et précis. 

 

PLATEFORME GOLD 

Huit ans plus tard, ils poursuivent dans la même veine. Car, les entreprises financières, nullement affectées par la pandémie, continuent d’accumuler des quantités imposantes de données éparpillées un peu partout.

Souvent, les renseignements clés se perdent dans les montagnes de données. De là, est venue la création de la plateforme GOLD. Un acronyme anglais qui signifie «Gather» (rassembler), «Organize» (organiser), «Leverage» (exploiter) et «Distribute» (distribuer).

Les clients sont entre autres le NASDAQ, le Chicago Mercantile Exchange (le plus grand groupe boursier au monde) ou la Banque Nationale du Canada.

 

IMPACT DE L’IA

À l’heure actuelle, le nombre de données générées par les sites Web, cellulaires, bourses est en croissance exponentielle.

« Nous ne sommes pas une firme spécialisée dans l’intelligence artificielle (IA). Celle-ci a besoin d’avoir accès à des données sur lesquelles on peut l’appliquer. C’est là qu’on intervient » Francis Wenzel

Un agriculteur aura recours par exemple à l’expertise de l’IA afin de savoir à quel prix il vendra son chou-fleur à l’été prochain.

 

AVENIR

Le futur s’annonce prometteur pour l’entreprise de 65 employés basée à Montréal mais dont la majorité travaillent de leur domicile. Car les données deviennent de plus en plus une stratégie d’affaires globale pour les entreprises.

Le succès de l’entreprise est intimement lié à l’équipe. « Des gens qui se complètement, qui ont une vision commune et qui travaillent fort pour l’exécuter », ajoute M. Wenzel.

Les gouvernements en font-ils assez pour aider les entreprises innovantes comme TickSmith ? « Au Québec, les dirigeants d’entreprise de pointe sont choyés par les gouvernements provincial et fédéral qui offrent des programmes d’aide pour encourager la création et la diffusion de technologies  », répond le PDG.

Enfin, Francis Wendel est fier du parcours amorcé en moins d’une décennie. « Ce qui me motive, c’est de voir tout le cheminement. En général, ce sentiment de fierté dure seulement deux minutes surtout quand je songe à tout ce qui nous reste à faire. »

Chose certaine, en 2021, le PDG va poursuivre la vente de sa plateforme Gold à d’autres entreprises des continents américain, européen et asiatique. Prendre l’avion 52 fois en 365 jours n’est plus envisageable. Au lieu d’atterrir à Londres, à Chicago ou Paris, M. Wendel poursuit ses négociations comme bien d’autres hommes d’affaires avec sa tablette. En toute simplicité.

 

Les co-fondateurs de TickSmith, Marc-André Hétu, Tony Bussières, Francis Wenzel, David Côté.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *