Création d'un collectif en cybersécurité au Québec

Création d'un collectif en cybersécurité au Québec

Pour faire du Québec un leader mondial en cybersécurité, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale, Deloitte et Groupe RHEA unissent leurs forces pour créer et lancer cette semaine le collectif CyberEco.

Alors que les cybermenaces, comme la fraude, le vol d’identité ou le vol de données se multiplient et que le bassin de talents qualifiés en cybersécurité s’amenuise, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale, Deloitte et Groupe RHEA se sont associés pour soutenir la création de CyberEco, un nouvel organisme qui permettra d’établir, au Québec, un collectif de talent et d’expertise en cybersécurité.

«Que le Mouvement Desjardins et la Banque Nationale joignent leurs forces à l’Université de Montréal pour s’attaquer au défi de la cybersécurité, c’est un signal clair de l’urgence d’agir en la matière. Ce partage d’expertise apportera des solutions concrètes tout en répondant au besoin criant de talent dans le domaine. »  Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal

Selon les membres fondateurs du projet, le Québec doit se préoccuper encore davantage de cybersécurité, car les technologies sont la clé de voûte de la nouvelle économie. Ainsi, tous les secteurs sont concernés, notamment l’intelligence artificielle, l’industrie 4.0 et les jeux vidéo, des domaines dans lesquels Montréal se distingue déjà.

De plus, les vols d’identité et les escroqueries sur Internet menacent le grand public et engendrent des pertes financières considérables.

La création de CyberEco vise à positionner le Québec sur l’échiquier mondial et à créer et maintenir des emplois ici, mais aussi à profiter d’un marché en croissance qui, d’ici 2020, pourrait atteindre plus de 170 milliards de dollars mondialementi. Sachant que la demande pour des professionnels de la cybersécurité atteindra 8 000 emplois d’ici 2021 au Canadaii, CyberEco entend accélérer le développement de la main-d’œuvre pour faciliter la relève dans ce secteur par ses différentes alliances, notamment avec le monde universitaire. La cybersécurité pourrait donc se hisser parmi les locomotives de l’économie québécoise. L’Université de Montréal a d’ailleurs annoncé aujourd’hui la création d’une Chaire de recherche en prévention de la cybercriminalité, financée par le Mouvement Desjardins et la Banque Nationale.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Source : Cybereco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *