QUÉBEC SOUTIENT L'APPRENTISSAGE DU NUMÉRIQUE

QUÉBEC SOUTIENT L'APPRENTISSAGE DU NUMÉRIQUE

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, a annoncé ce jeudi, en collaboration avec la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), un financement de 5 M$ à Québec numérique pour l’accompagnement du projet “42 Québec”. 

Au terme du projet de cinq ans, 1 000 étudiants auront commencé leur formation dans le secteur du numérique et des technologies de l’information et de la communication (TIC), et 600 l’auront complétée. 

Un concept novateur

Ce soutien financier est octroyé par la CPMT par l’intermédiaire du Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre (FDRCMO) et a reçu un appui unanime des leaders patronaux, syndicaux et de ceux du milieu communautaire et de l’enseignement. 

« Il existe, au Québec, un grand déficit de main-d’oeuvre dans le domaine du numérique et des TIC. Avec la crise que nous traversons, qui a complètement bouleversé le marché du travail et l’économie du Québec, il est plus important que jamais d’explorer des types de formation qui permettront de combler les besoins grandissants des entreprises dans ce domaine. C’est ce que nous faisons en soutenant le projet 42 Québec. Par son côté novateur, ce projet s’inscrit parfaitement dans la volonté de notre gouvernement d’encourager des initiatives innovantes visant à former des travailleuses et des travailleurs qualifiés » a souligné Jean Boulet, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

Inspiré d’un concept ayant fait ses preuves à Paris, ce projet de formation alternative en technologies de l’information est basé sur une philosophie d’apprentissage par projets qui permet notamment aux participants de déployer leur créativité. 

La progression est représentée par des niveaux d’expérience inspirés des jeux vidéo. Le candidat ou la candidate évolue en auto-apprentissage, en fonction de ses acquis et du développement de 17 compétences techniques et relationnelles. Il réalisera une cinquantaine de projets en équipe au cours de sa formation. 

Un Pôle d’innovation 

Ce projet souhaite aussi attirer davantage de clientèles qui ont des parcours d’apprentissage atypiques ou encore qui sont moins représentées dans le secteur des TIC, notamment les femmes. 

« Dans la foulée de Paris, Madrid, Lyon et d’autres villes de la Silicon Valley, ce réseau ayant pour vision de “faire du numérique une opportunité pour tous, partout”, l’implantation d’un tel pôle d’innovation dans la Capitale-Nationale ne peut que représenter une fierté qui n’a d’égal que le potentiel immense qu’il incarne pour tout le Québec. Ce projet s’inscrit parfaitement dans ce que notre gouvernement a déployé au cours des 18 derniers mois, notamment le Centre gouvernemental de cyberdéfense et le Centre québécois d’excellence numérique, où l’émulation suscitée ne peut que faire rejaillir l’excellence. Je suis ravi que notre gouvernement supporte des initiatives comme 42 Québec, qui permettent de positionner le Québec comme leader tant sur le plan national que sur le plan international » a déclaré Éric Caire, le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale.

A propos du projet “42 Québec”

Le projet “42 Québec” comporte un tronc commun d’une durée d’environ 12 à 18 mois ainsi qu’une période équivalente de spécialisation selon la progression de chaque candidat. Cette formation, qui est ouverte à tous et totalement gratuite, comporte trois stages rémunérés en entreprise d’une durée de trois à six mois chacun.  Un étudiant mettra environ trois ans pour compléter l’ensemble de son parcours.  Le projet représente un investissement total de 11,8 M$ sur cinq ans. En plus du gouvernement du Québec, les principaux partenaires financiers du projet sont la Ville de Québec, des partenaires privés et Québec numérique. La Ville de Québec investit 3 M$ pour ce projet. Il a reçu l’appui de nombreux grands joueurs de l’industrie qui sont déjà bien implantés à Québec, dont Beenox, NovAxis Solutions, Ubisoft, GFT Technologies Canada et Mon Avenir TI. 

Selon Technocompétences, le comité sectoriel des technologies de l’information et des communications au Québec, il y a 6 500 emplois à pourvoir dès maintenant en informatique. Les emplois dans ces domaines sont généralement de grande qualité, alors que le salaire horaire médian était de 31,25 $ en 2019.  Ce projet rejoint la mission de la CPMT, qui est notamment d’expérimenter de nouvelles formules d’apprentissage et de répondre aux enjeux de rareté de main-d’oeuvre dans tous les domaines. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *