Facebook : Un assistant IA pour combattre les trolls

Dans un effort continu de rendre plus légitime le contenu diffusé sur sa plateforme, Facebook offre désormais un nouvel outil de modération automatisé à ses utilisateurs.

Grâce à l’intelligence artificielle (IA) les responsables des groupes de conversation sur le réseau social n’auront plus à filtrer un à un chacun des commentaires publiés sur leur page afin de contrecarrer les trolls.

« L’Assistance admin peut vous faire gagner du temps en réduisant le volume de publications à examiner manuellement afin que vous puissiez passer plus de temps à profiter de votre groupe », résume-t-on sur le site internet du géant numérique.

Cet administrateur virtuel peut ainsi automatiser certaines actions une fois que les utilisateurs auront établi les paramètres désirés.

L’outil est capable de limiter les participants d’un groupe de conversation en refusant automatiquement les publications provenant d’utilisateurs qui sont membres depuis peu ou qui n’ont pas de photo de profil.

Il est aussi en mesure de restreindre les publications en fonction de la qualité de leur contenu (incluant le contenu promotionnel), ainsi que d’approuver automatiquement les demandes des participants qui répondent aux critères configurés.

Facebook indique que l’Assistance admin « sera disponible pour les nouveaux groupes publics après inscription, et sera étendue à tous les groupes privés au cours des prochains mois ».

De plus, un dossier de spam a été ajouté à la gestion des groupes publics afin de détecter le contenu indésirable sans avoir besoin d’utiliser l’approbation des publications.

« Le dossier place automatiquement le contenu indésirable potentiel dans une file d’attente distincte pour que l’admin et le modérateur l’examinent », explique Facebook.

ASSAINIR LES ÉCHANGES

Il ne s’agit pas des premières mesures prises par le géant du numérique pour assainir les échanges entre ses utilisateurs.

En effet, l’an dernier Facebook a banni tout groupe s’associant à la mouvance QAnon, et a fait fermer le groupe Radio-Québec, l’un des plus importants réseaux québécois liés à ces théories du complot dans la province.

Par ailleurs, la pandémie semble aussi avoir porté un coup dur à la qualité des discussions sur les réseaux sociaux.

Il y a deux jours, la CBC annonçait qu’elle fermait pendant un mois les commentaires sur tous les liens d’actualités et les publications vidéo vers les pages Facebook appartenant à sa division de journalisme.

Pour justifier cette décision, le diffuseur public d’information cite le vitriol et le harcèlement auxquels doivent faire face ses journalistes sur les réseaux sociaux.

Crédit photo: Pexels/Cottonbro

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *