NERGICA : L’énergie solaire intelligente au banc d’essai

Affilié au Cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, NERGICA, un centre de recherche en énergie renouvelable est doté d’infrastructures importantes en milieu naturel. Un organisme à but non lucratif résolument orienté vers le transfert technologique des énergies propres.

Fondé en 2000 et à l’origine nommé TechnoCentre éolien, le Centre de recherche est passé en 2018 d’une mission de soutien au développement d’un savoir-faire québécois en matière d’énergie éolienne au développement de tout type d’énergie renouvelable. Notons tout de même que la mutation s’est  particulièrement opérée au profit de l’énergie solaire.

« Le Québec détient un fort potentiel d’énergie solaire pour l’instant inexploité. » – Karim Belmokhtar, Chargé de projet principal, recherche et innovation, Nergica

CORUS – SITE NORDIQUE EXPÉRIMENTAL EN ÉOLIEN

Situé dans la grande région de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, l’établissement a mis sur pied des sites éoliens de grande envergure qui sont adaptés à la fois aux grands froids et aux conditions maritimes.

Prenons comme exemple le Site nordique expérimental en éolien CORUS, un parc éolien  de Rivière-au-Renard, où des éoliennes sont érigées et mesurent plus de 330 mètres de haut et où les vents soufflent en moyenne à 7,9 mètres par seconde.

Le Centre de recherche a implanté plusieurs grandes infrastructures de ce type. Il possède entre autres deux éoliennes de 2 mégawatts, un micro-réseau éolien-solaire-diesel de 100 kilowatts, des mâts météorologiques de 126 mètres, des Lidars un système de télédétection utilisant le laser comme mesure -, des technologies de stockage, une plateforme de simulation en temps réel et un parc solaire.

Site nordique expérimental en éolien CORUS – Gaspé, Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine; crédit photo Nergica.

L’ÉNERGIE SOLAIRE INTELLIGENTE

Panneaux solaires photovoltaïques

Lorsque des systèmes intelligents sont intégrés aux technologies, c’est pour y ajouter la prédiction. Par la gestion des données récoltées sur le terrain et par l’entremise d’applications intelligentes, les parcs solaires représentent des lieux d’expérimentation où se développent de véritables engins de prédiction.

Ainsi, les parcs solaires sont automatisés et par méthode préventive sont autogérés en vue d’améliorer leur performance et d’allonger leur durée de vie.

« À l’échelle mondiale, le coût des technologies solaires a enregistré une réduction importante avoisinant les 85 % au cours des 10 dernières années. » – Karim Belmokhtar, Chargé de projet principal, recherche et innovation, Nergica

Les panneaux solaires ou photovoltaïques permettent de développer toute une technologie de pointe spécifique au climat nordique. La neige et le givre, par exemple, constituent des obstacles de taille qui peuvent être contrôlés de manière automatique.

LE CYCLE DE VIE DES DONNÉES

Ces données sont dites opérationnelles et instrumentales. Est-ce à dire qu’elles ne sont pas des données personnelles ? On suppose qu’elles sont éventuellement anonymisée, mais il existe encore un flou dans les catégories de données et dans leur étanchéité.

À première vue, les données semblent être des informations climatiques et par définition sans rapport avec l’activité humaine. Ce qui rendrait ces données totalement objectives et sans possibilité de biais.

« Au Canada, la puissance installée cumulée des systèmes solaires photovoltaïques connectés au réseau était estimée, à la fin de l’année 2019, à 3,3 GW. » – Karim Belmokhtar, Chargé de projet principal, recherche et innovation, Nergica

Or, dans la mesure où un système de production d’énergie est relié à un réseau de distribution, la consommation d’énergie est calculable. La consommation d’une ville, d’une région ou d’une entreprise, mais aussi d’un citoyen peut être connue avec précision.

Les données utilisées sont des données statistiques qui mesurent l’optimisation des performances. Rien de bien effrayant. Or, dans les cas de systèmes automatisés, la production d’énergie peut être autogérée en vue d’offrir ou de restreindre la consommation selon une méthode préventive.

Un citoyen qui verrait son offre d’énergie varier selon un principe prédictif pourrait y gagner en économie mais en souffrir en termes de liberté de consommation.

Le Centre, qui possède le statut officiel de Centre collégial de transfert de technologie (CCTT), s’est engagé à implanter de nombreux parcs solaires dans la région nordique du Québec. Le site de recherche compte déjà une centrale solaire photovoltaïque de 16 kilowatts.

Crédit photo : Unsplash

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *