L’UNESCO lance une consultation mondiale sur l’éthique en IA

Le 15 juillet dernier, l’UNESCO a débuté un projet de consultation mondiale sur l’éthique en intelligence artificielle. Afin de répondre aux nouveaux défis qu’impose l’évolution des technologies, les États membres devront y adhérer en 2021. Si adopté, ce sera le premier instrument de ce genre à aborder les développements et les applications de l’IA.

24 spécialistes de renom en termes d’éthique en intelligence artificielle seront responsables d’élaborer le projet. Ceux-ci travaillent actuellement sur une recommandation de l’UNESCO et devront tenir en compte des vastes répercussions de ces nouveaux outils. Parmi les partenaires, on y compte aussi Mila, organisation québécoise de référence, qui saura apporter son expertise dans le domaine.

« Il est essentiel que le plus grand nombre de personnes possible participent à la consultation, afin que les voix du monde entier puissent être entendues au cours du processus d’élaboration du premier instrument normatif mondial sur l’éthique de l’intelligence artificielle »   Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

Ainsi, l’organisation soutient qu’il existe un besoin urgent d’un tel instrument. Le projet a pour mission de garantir que les questions éthiques, sociales et politiques puissent être traitées de manière adéquate. Pour ce faire, il devra définir des valeurs partagées et les traduire en politiques concrètes pour assurer le respect des droits fondamentaux et des droits de l’homme. Éventuellement, l’IA devra alors prendre en compte le bien-être de l’humanité, l’environnement et le développement durable.

Le projet de texte final sera présenté lors de la 41e session de la Conférence générale de l’UNESCO en novembre 2021. Visitez le site de l’UNESCO pour en savoir plus.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *