UP - LE COMBITE À LA QUÉBÉCOISE

UP - LE COMBITE À LA QUÉBÉCOISE

L’OBNL québécoise Orijin Village lance cette semaine sa plateforme UP. Une application qui soutient les entrepreneurs issus des communautés noires.

La co-fondatrice d’Orijin, Carla Beauvais, s’inspire du modèle afro-caribéen de Combite, principe de collaboration dans un village où les individus contribuent à un projet d’un voisin, traditionnellement accompagné de musique. 

C’est quoi?

UP (S’Unir et Prospérer) sera déployée en trois phases successives, soutenue par l’incubateur Zú MTL lancé par Guy Laliberté.

La sortie initiale d’UP était prévue pour l’automne, mais la crise financière apportée par la Covid-19 a accéléré le démarrage officiel de l’application. 

Le panier black

La plateforme virtuelle servira d’abord de répertoire d’entreprises issues des communautés afro-descendantes. Un peu comme les Pages jaunes ou le Panier bleu. 

L’accès à cette plateforme est gratuite, et devrait le rester indéfiniment. 

Elle servira également de plateforme transactionnelle, dans une optique d’économie circulaire.  Un pourcentage de chaque transaction sera réinvesti au sein même de la plateforme, que ce soit en dividendes pour entrepreneurs, en formation, webinaires, ou autres réinvestissements des fonds accumulés sur la plateforme. 

“Nous avons été inspirés par le modèle d’Eva, un compétiteur d’Uber”, explique Williamson Dulcé, cofondateur d’Orijin Village.

“On veut redistribuer la richesse dans la plateforme.”

Accompagner dans la transition

Finalement, la plateforme veut optimiser la transition numérique d’entrepreneurs issus des communautés noires.

Williamson Dulcé avance que la plupart des entités ciblées sont des petites ou moyennes entreprises qui doivent encore entamer leur transition vers le web.

“La plupart d’entre eux sont sur des modèles traditionnels, leurs transitions sur le web sont très importantes,” explique le cofondateur. “Quand on arrive en ligne, on est comme une goutte dans l’océan. Avec UP, on va leur donner une audience qui va permettre de réussir cette transition.” 

Un marché “noir” au Québec… et au-delà

À l’image de la plateforme Clic B2B de la CCMM, le forum favorisera l’entraide entre entrepreneurs et consommateurs. 

Les territoires ciblés sont ceux du Québec et de Toronto, avec comme objectif de rejoindre le marché canadien dans son ensemble. Et si on souhaite aider les entrepreneurs issus des communautés noires, toutes les clientèles sont évidemment bienvenues.

C’est une plateforme qui est offerte à tout le monde,” nuance Williamson Dulcé.

“On l’a créée pour voir ce qui se passe dans la communauté, pour s’aider nous-même, parce qu’on ne peut pas attendre que les autres nous aident. On doit commencer par s’aider nous-même.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *