UNE IA POUR LUTTER CONTRE LA DÉSINFORMATION

UNE IA POUR LUTTER CONTRE LA DÉSINFORMATION

Factually Health est une start-up québécoise qui s’attaque à la désinformation médicale en scannant le web à la recherche d’articles douteux. Pour l’épidémiologiste à l’origine de ce projet, c’est une autre façon de sauver des vies.

9 milliards de dollars par an, c’est le prix que coûte la désinformation sur les vaccins chaque année aux Etats-Unis, selon une étude de l’Université de Baltimore. Et ce n’est qu’une des nombreuses répercussions de la désinformation médicale. La plus grande étant le coût humain. Les médecins voient de plus en plus de patients contracter des maladies, refuser des traitements ou mal se soigner, suite à des informations malhonnêtes trouvées sur internet.

Combattre la désinformation en ligne

« Bien avant les élections de Donald Trump et de tous les scandales sur les fausses nouvelles, je trouvais qu’il y avait déjà beaucoup de désinformation médicale sur le web. Cela a toujours été désastreux. On trouve sur internet toutes sortes d’arnaques et de faux traitements un peu fous. Les individus vont tous sur le web où ils trouvent tout et n’importe quoi. Cela a toujours été une préoccupation pour moi et ça ne fait qu’empirer d’année en année. Du côté patient, c’est l’horreur de ne pas trouver de bonnes informations. Et du côté du médecin, c’est l’horreur parce qu’ils doivent désinformer les patients pour les réinformer », raconte Lina Forcier, doctoresse en épidémiologie.

Exaspérée par cette épidémie de fausses informations sur internet, Lina Forcier décide de faire quelque chose et se tourne naturellement vers l’intelligence artificielle : « La qualité et la quantité d’informations disponibles en ligne ne pouvaient être gérées par un être humain. Rien qu’en deux mois de COVID-19, il y a eu plus de 3 000 articles scientifiques qui sont sortis sur l’épidémie. Qui peut tous les vérifier ? C’est impossible pour un être humain. Pour moi, la seule solution était de passer par une intelligence artificielle » explique l’épidémiologiste. 

L’IA à la rescousse

Avec l’aide de spécialistes en IA, elle créée Factually Health, un outil qui scanne le web à la recherche d’articles sur le cancer du sein ou la COVID-19. Il analyse les articles scientifiques et va ensuite comparer l’information avec sa base de données. Il va ainsi conclure si l’information provient d’une source fiable, si le contenu a été vérifié ultérieurement ou encore le nombre de faits avérés dans l’article. L’avantage de cet outil d’apprentissage profond est que plus il accumule de données, plus il gagne en précision. Actuellement, les algorithmes de Factually Health ont un taux de précision de 80 à 90% dans leur base de données.

Si la première application est dédiée au cancer du sein, une seconde a été développée durant la pandémie car : « Il est d’autant plus important de lutter contre la désinformation sur la Covid parce que bien s’informer, c’est aussi combattre le virus. »

À terme, Factually Health aimerait appliquer son savoir faire à d’autre maladies et même éventuellement à d’autres domaines que celui de la santé : « On pourrait développer des outils de vérification d’informations à destination des journalistes par exemple. Il y a déjà des compagnies non médicales qui commencent à s’intéresser à notre IA » s’enthousiasme Lina Forcier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *